Eagles of Death Metal : "je veux qu'on soit les premiers à rejouer au Bataclan" [Vidéo]

Par Sébastien Sabiron / le 26 novembre 2015
Ils jouaient sur la scène du Bataclan au soir des attaques. Dans une longue interview accordée à Vice, le groupe californien raconte cette soirée de cauchemar. Et lance un message d'espoir, pour que la musique et la vie l'emportent sur la barbarie.

"Au début, je croyais que les hauts parleurs crépitaient. Et puis j'ai réalisé très vite que c'était pas ça." Le ton est grave, les regards tournés vers le sol, bien loin des habituelles postures délurées des rock stars en interview.

Le guitariste Eden Galindo / Capture d'écran YouTube


Depuis ce tragique 13 novembre, les membres d'Eagles of Death Metal (EAOD) se sont assez peu exprimés, pas dans les médias en tout cas. Le groupe de blues rock formé en 1998 par Jesse Hugues et Josh Homme (également frontman des Queens of the Stone Age) n'avait sans doute pas les mots. Devant les caméras de Vice, le combo américain tente de décrire l'indescriptible.

Héroïsme collectif

Si ce témoignage s'ajoute à la très longue liste de ceux des rescapés du Bataclan, les membres d'EAOD décrivent l'attaque avec leurs regards de musiciens, d'entertainers, d'amuseurs publics confrontés à la mort au moment ou tout le monde "danse, chante et rit" avec eux.

L'ingénieur du son Shawn London décrit comment "les boutons de (sa) console ont volé dans tous les sens", sous une rafale de kalachnikov qui lui était destinée.   


Le groupe a perdu son responsable du merchandising Nick Alexander, tombé sous les balles des terroristes. Marqué à jamais, le combo salue "l'héroïsme collectif" des parisiens. Ceux qui ont ouvert leurs portes pour mettre des inconnus à l'abri, ceux qui n'ont pas lâché leurs potes dans la salle. Un courage que le chanteur "Jesse Hugues" raconte, la gorge serrée : 

Si tant de gens sont morts, c'est parce qu'ils ne voulaient pas abandonner leurs amis. Beaucoup de gens ont fait bouclier de leur corps devant les autres. 



Dans l'émotion, le chanteur et guitariste adresse aussi un message d'espoir, de résistance, qui vient du cœur :

J'ai hâte de revenir à Paris. J'ai hâte de jouer, je veux y retourner. Je veux qu'on soit le premier groupe qui jouera au Bataclan à sa réouverture. J'étais là quand tout est devenu silencieux. Nos amis sont venus écouter du Rock'n'roll et ils sont morts. Je veux y retourner et vivre.


 

Les plateformes musicales à la rescousse

Frappé par l'élan de solidarité mondial qui a suivi les attaques, EODM propose à tous les artistes "de country, de death metal, les DJ, les rockers" de reprendre et de diffuser leur morceau I Love You All The Time. Les californiens reverseront leurs droits d'auteurs aux victimes des attentats.
 


Eagles of Death Metal appelle aussi les plateformes de streaming (iTunes, Spotify, Amazon, Tidal...) à faire don intégralement des recettes générées par ce morceau et ses reprises. 

Si vous souhaitez vous aussi faire un don par le biais des Eagles of Death Metal, rendez-vous sur le site de The Sweet Stuff Foundation.

 


 

Images d'illustration : capure d'écran YouTube.

Par Sébastien Sabiron / le 26 novembre 2015

Commentaires