Du rock en scène(s)

/ le 22 août 2014
Du rock en scène(s)
Arctic Monkeys, Lana del Rey, Portishead, Queens of the Stone Age, Kavinsky...Le Mouv' vous fait vivre pas à pas le dernier festival de l'été: Rock en Seine. Trois jours pour s'éclater avant la rentrée.

Junip, Thee oh Sees, Cheveu, Joey Bada$$... Live report d'un samedi soir à Rock en Seine à réécouter en cliquant sur le player ci-dessous :

Décollage immédiat © Sébastien Sabiron, Le Mouv'

Samedi 23 Août, 21h00 - Joey Bada$$ rulz

Après Kendrick Lamar l'an dernier, Rock en Seine s'offre cette fois une étoile montante, un gamin qui commence à peser sérieusement dans le rap game.

Joey Bada$$ à Rock en Seine © Sylvere Hieulle


A 19 ans, Joey Bada$$ maîtrise tous les codes du hip hop version XXL. Le rappeur de Brooklyn pose son flow à contretemps sur des samples fondateurs (Jump Around de House of Pain, Sound of Da Police de KRS One...) fait chanter et "jumper" le public.

"Put your hands up" © Sébastien Sabiron, Le Mouv'


En un peu moins d'une heure de set, Joey Bada$$ (monté sur ressorts) et son beatmaker enflamment l'assistance. Tout le monde est séduit, une gageure dans un festival rock.

Samedi 23 Août, 20h45 - Back to Bristol

Dans moins de deux mois, Dummy aura vingt ans. Clef de voute du mouvement trip hop, le premier album de Portishead est un monument et 40.000 petit chanceux ont pu l'entendre en live à Rock en Seine. Une claque.

Beth Gibbons en nuances de bleu © Nicolas Joubard


En 2012, Nico Prat avait proposé à Geoff Barrow de faire ses emplettes dans la discothèque de Radio France pour Radio Vinyle :


Samedi 23 Août, 19h00 - Un Cheveu sur la langue

"Allez mes grandes salopes de la république !" Quelque part entre Didier Super pour le sixième degré grinçant et MC5 pour l'énergie garage, les bordelais de Cheveu distilent leur rock pétaradant devant une fanbase toujours plus large. Armé d'un quatrième album (BUM, sorti début 2014) plus pop et plus écrit que les précédent, le power trio impressionne sur scène.

Cheveu à Rock en Seine © Sylvere Hieulle


Vétu d'un vieux t shirt marqué "Cap Ferret", le frontman Olivier Lemoine chante dans trois micros à effets et hurle "Doooooouuuuuuuur" (référence décalée au festival belge) entre chaque morceau. Un collage surréaliste et punk, à l'image de leur musique : à la fois foutraque et extrêmement maîtrisée.

Samedi 23 Août, 18h45 - Tendances Rock en Seine 2014

Dernier festival de l'été, Rock en Seine donne l'occasion aux fashionistas de tester in vivo leurs looks de la rentrée. Où l'on découvre que les chaussettes remontées jusqu'aux genoux sont toujours très tendance chez les hipsters.

Mais on croise aussi des toilettes plus improbables comme celle de Sacha, tatoueur parisien et authentique Viking de l'est. Sacha mesure deux mètres, Sacha boit de la bière dans une corne d'auroch et Sacha est sympa. Cliquez ci dessous pour entendre un authentique accent Viking.

Sasha, Viking ukrainien © Sébastien Sabiron, Le Mouv'


Côté mode également, le lycra fait son grand retour cette année avec les morphsuits, très en vogue en festival, mais pas facile à assumer au bureau.

A éviter en cas de kilos en trop © Sébastien Sabiron, Le Mouv'


L'an dernier, l'imprimé tropical et les cols claudine avaient la cote, on vous recommande chaudement la lecture de notre compte-rendu 2013.

Samedi 23 Août, 18h - Thee oh Sees réveille Paris

Ils ont la réputation d'être le "groupe le plus bosseur de la planète". Et ils la méritent. En sept ans d'existence, Thee Oh Sees a sorti pas moins de dix albums. Pas forcément un gage de qualité, mais à les voir sur scène, on mesure les années d'effort.

Alors que le soleil pointe timidement, les californiens tirent de leur rêverie des festivaliers encore embrumés par les excès de la veille.

John Dwyer en plein effort © Sylvere Hieulle


A bientôt 40 ans, le leader John Dwyer, guitariste et multi-instrumentiste occupe tout l’espace. Du plexiglass révèle les entrailles de sa Gibson, d'où sortent des riffs garage qui lancent les premiers pogos de la soirée. "Je ne m'attendais à voir des mecs aussi âgés sur scène, avec autant de pêche." commente un jeune festivalier. Les "personnes âgées" de 40 ans apprécieront.

Vendredi 22 Août, 23h - One for the road...

Il faut l'avouer, ils étaient très attendus ce soir. Nous aussi, on avait hâte de voir ce qu'ils donnaient en live. On parle évidemment des... Arctic Monkeys

Reportage au milieu des fans impatients à écouter ci-dessous :


Alors l'annonce récente d'une possible séparation du groupe a-t-elle joué? En tout cas le public s'est regroupé vers la scène pour les voir dès la fin du concert des Hives, soit plus d'une heure avant le début de leur passage. Comme si c'était la dernière fois.

Les fans se sont installés plus d'une heure à l'avance pour être sûrs de ne rien louper des Arctic Monkeys © Marine Valès, Le Mouv'

Après quelques minutes de retard, les Artic Monkeys ont débuté leur concert. Et ils ont donné le ton tout de suite en débutant avec le, maintenant très connu, Do I wanna Know, extrait de leur dernier album.

 

Difficile pour eux d'arriver après The Hives et Die Antwoord qui ont placé la barre très haut. Les cheveux gominés à la Elvis Presley et le déhanché du chanteur Alex Turner n'ont pas convaincu tout le monde.

Image: Capture d'écran Twitter

Personnellement, on a trouvé le groupe de Sheffield vraiment bon sur scène. Mais ça manquait clairement de contact avec le public. Ce qui est dommage puisqu'on sentait que, ce soir, la plupart des gens présents étaient là pour les Arctic Monkeys avant tout.

Les fans se sont même réchauffés avec leurs idoles sur la tête © Marine Valès, Le Mouv'

 

En tout cas sur les réseaux sociaux, le concert du groupe de Sheffield a beaucoup fait réagir. Que ce soit en mal ou en bien.

Image: Capture d'écran Twitter

Vendredi 22 Août, 20h45 - Tick, tick, tick, tick...Boom

S'il y'a bien un groupe ce soir qui a réchauffé l'ambiance, ce sont les Hives. Sur scène, ils ont tout donné. Même leurs vêtements. Un véritable show de la part du groupe garage punk suédois. Jeux de jambes mythiques, sauts, gestuelle hyperactive, ce concert était une dose d'adrénaline du début à la fin. Pas un seul instant de répit. Et c'est fou ce que ça fait du bien. 

 

Un concert totalement déjanté à l'issue duquel le groupe s'est lâché et a lancé sur le public, ravi, tout ce qui lui tombait sous la main: bouteilles d'eau, vêtements ou encore baguettes de batterie. Le chanteur, Howlin' Pelle Almqvist a, quant à lui, pris son bain de foule en allant saluer et embrasser les fans situés devant la scène.

Et pour poursuivre dans le déjanté, il suffisait d'aller voir le duo sud-africain rap-rave Die Antwoord. Ça aussi, c'était complètement fou. La voix grondante de Ninja (Watkin Tudor Jones) et celle, aiguë et enfantine, de Yo-Landi Vi$$er (Anri du Toit) ont déroulé un flot intarissable en anglais, afrikaans et xhosa (langues d'Afrique australe).

Image: Capture d'écran Twitter

Sur les écrans, des projections de films à l'égal de l'originalité du duo. Des personnages avec des visages déformés, des silhouettes fantasmagoriques, des images de chair et de sang projetées en flashes de couleurs ou encore des personnages de bandes dessinées tenant leur pénis.

Sur scène, Ninja et Yo-Landi n'ont pas hésité à se dénuder ou à enfiler des masques pour leur titre Pitbull Terrier. Et question dénudement, le public les a tout de suite suivis. Pour le plus grand plaisir des cameraman qui ont pu alterner entre la plastique de rêve de Yo-Landi et les jeunes femmes en soutien-gorge dans la foule.

À l'arrivée, les fans ne sont pas déçus.

Image: Captures d'écran Twitter

Vendredi 22 Août, 18h45 - Un moment envoûtant

Le prodige anglais de seulement 20 ans, Jake Bugg, entre en scène avec sa guitare folk et ses musiciens. Une coupe à la Beatles et une véritable gueule d'ange qui ne décroche pas beaucoup de sourires à son public, malgré tout, conquis.

Tout au long du concert, les titres de Jake Bugg ont été repris en choeur par son public © Marine Valès, Le Mouv'

Un son rock, folk et blues influencé par Buddy Holly, Donovan ou encore Jimi Hendrix. Et ce qu'on ne peut pas enlever à Jake Bugg c'est qu'il emporte son public avec lui, alternant chansons envoûtantes et choses plus punchy comme son titre Slumville Sunrise, repris en choeur par tous ceux qui étaient là.

 

Le seul petit reproche qu'on pourrait lui faire c'est que le live ressemble vraiment beaucoup (trop) aux versions CD. Pas de véritable surprise donc en écoutant. Ce qui n'enlève rien à son talent.

Jake Bugg de la tête aux pieds © Marine Valès, Le Mouv'

Pendant ce temps-là, le groupe électro-pop anglo-espagnol Crystal Fighters investit la Scène de l'industrie. 

 

Vendredi 22 août, 17h30 - On entre dans le vif du sujet

Pegase, Traams, Crystal Fighters... Reportage pendant les concerts de l'après-midi, à écouter ci-dessous :


L'après-midi se poursuit avec Pegase, ex-membre du groupe Minitel Rose. Le nantais, de son vrai nom Raphaël d'Hervez, a sorti son premier album solo en février dernier. Un album auquel il n'a pas voulu donner de nom n'ayant pas trouvé quelque chose "d'assez cool".

Douze morceaux au style aérien, mêlant pop et ambient-music, même si l'artiste n'aime pas être catalogué. Pegase est considéré comme l'un des grands espoirs de la pop française.

Pegase a pris son temps pour ce premier album solo. Près de six ans. © Sébastien Sabiron, Le Mouv' 

 

Changement d'ambiance radical avec les anglais de TraamsUn groupe formé en 2011, à Chichester au Royaume-Uni

Le trio a studieusement élaboré son projet pour s'échapper du West Sussex © Sébastien Sabiron, Le Mouv' 

Stu, Adam et Leigh ont décidé d'allier la rigueur du krautrock aux souvenirs embrumés de leurs samedis soirs pour faire de leur musique un rock un peu gueulard.

 

Vendredi 22 Août, 15h30 - Début tout en douceur

Ils ne sont pas encore nombreux au Domaine national de Saint-Cloud à notre arrivée. Pourtant, c'est bel et bien aujourd'hui le top départ de Rock en Seine. Jusqu'à dimanche, plus de 60 artistes vont se succéder pour clôturer cette saison des festivals. 

Le Domaine national de St Cloud se remplit doucement ©Sébastien Sabiron, Le Mouv' 

Et cette 12ème édition débute froidement, sous la pluie! 

Les fans ont bravé les conditions météo pour être au rendez-vous © Marine Valès, Le Mouv' 

Mais rien n'empêche les inconditionnels de rivaliser d'originalité pour se faire remarquer. La fête peut enfin commencer.

Des costumes plus fous les uns que les autres © Sébastien Sabiron, Le Mouv' 

 

Geoffroy Laporte, alias Jessica93, ouvre les hostilités. Un véritable homme-orchestre qui interprète les morceaux entêtants de son album Who cares.

Au même moment, sur la Grande scène, le trio anglais Kitty, Daisy and Lewis remplace au pied levé le groupe de metal danois Volbeat.

 

Cette soirée d'ouverture devrait afficher complet. Et nous, on retourne vous dénicher de nouvelles pépites. 

Live-Report: Sébastien Sabiron et Marine Valès

/ le 22 août 2014

Commentaires