Donald Trump : Everlast lui interdit d'utiliser son fameux "Jump Around"

Par Justine Dincher / le 05 avril 2016
L'ex rappeur devenu bluesman est très en colère contre Donald Trump, qui diffuse son célèbre "Jump around" lors de ses meetings de campagne. Plusieurs artistes ont déjà interdit au candidat républicain d'utiliser leurs chansons.

Il est furax ! Everlast n'a pas maché ses mots pour demander à Donald Trump d'arrêter de diffuser sa chanson. Sur Twitter et Instagram, l'artiste américain a lancé lundi un appel, très ferme, au candidat américain des primaires républicaines : "Hey Donald Trump ! Arrête d'utiliser mon titre "Jump Around" pendant tes meetings, toi la merde !"

 

Son morceau "Jump around", titre à succès de House Of Pain (l'ancien groupe d'Everlast) enregistré en 1992, est très souvent joué pour chauffer les foules lors de grands rassemblements.

 

Furieux d'être associé à Trump, le chanteur a donc continué à poster de nombreux messages sur les réseaux sociaux, à destination du favori des primaires républicaines. Dans ces publications les moins violentes, Everlast - Erik Schrody de son vrai nom, traite Donald Trump d'"ignorant" et de "raciste".

 

Everlast a poursuivi son attaque sur Instagram : "je voudrais pouvoir vous faire face et vous arracher ce toupet du crâne !".

 

Avant lui, d'autres artistes avaient déjà interdit à Donald Trump d'utiliser leurs chansons. Steven Tyler du groupe Aerosmith (pour l'utilisation de "Dream on"), Neil Young (pour "Rockin in the free world"), le groupe de rock américain R.E.M (pour "It's the end of the world") et la chanteuse britannique Adele (pour "Rolling in the deep"), ont fait la même chose un peu plus tôt.

 

En France, en 2009, c'est le groupe MGMT qui s'en était pris à l'UMP. Le parti de droite avait utilisé le titre "Kids" lors d'un rassemblement partisan. L'UMP a depuis été obligé de verser 30.000 euros de dommages et intérêts au groupe. 7 ans plus tôt, les Daft Punk s'étaient rebellés après que Jacques Chirac ait diffusé "One more time" comme musique lors de sa réelection. Enfin en 2012, le groupe électro M83 était furieux contre le Front National qui s'est servi du titre "Midnight City" dans une vidéo de promotion du parti frontiste.

 

 


 

Crédit photo : PHOTOSHOT/MAXPPP

Par Justine Dincher

Par Justine Dincher / le 05 avril 2016

Commentaires