Dix ans après Zyed et Bouna, la voix des quartiers a t-elle été entendue ?

/ le 26 octobre 2015
Dix ans après, le cahier de doléances d'AC LE FEU a-t-il abouti?
Le 25 octobre 2006, l'association ACLEFEU était à l'origine d'un cahier de doléances pour faire remonter la parole des quartiers populaires auprès des institutions. Ce collectif, créé à la suite des émeutes de banlieues de novembre 2005, a recueilli la parole de personnes dans 120 villes de France. Dix ans après, est-ce que des choses ont changé ?

Le collectif ACLEFEU a vu le jour au lendemain des révoltes sociales de novembre 2005 déclenchées par la disparition tragique de Zyed Benna, 17 ans et Bouna Traoré, 15 ans. Sa mission : faire remonter la parole des quartiers populaires auprès des institutions. Un tour de France des idées, et au bout 114 propositions, classées dans 11 chapitres (emploi, salaires, discriminations, logement, justice, police, éducation, religion, répartition des richesses, citoyenneté santé et femmes). Certaines idées abstraites, d’autres plus concrètes. On fait le point sur ce qui a fonctionné, ou pas, dix ans après...

1. Emploi

 Une des premières propositions de l'association était la mise en place de quota de salariés de moins de 25 ans dans les entreprises. Rien n'a été fait en ce sens... et un constat : il y a dix ans, 30% des jeunes avaient un boulot... en 2013, ce nombre est est passé 28,4. Concrètement, même si le recul est modéré, ça veut dire que de moins en moins de jeunes travaillent. En Ile de France par exemple, les jeunes représentent moins d'une personne sur 10 au travail (8,9), deux fois mois que le reste de la France.

2. Discrimination

 Combattre en permanence le racisme et l'antisémitisme : c'était l'une des promesses de François Hollande à son arrivée au pouvoir en 2012… Dans les faits on prend la direction : il y a trois semaines, le Président a annoncé que le gouvernement présentera une réforme du code pénal visant à punir davantage le racisme (aujourd'hui de 750 à 45 000 euros d'amende et de six mois à trois ans de prison) "Nous avons le devoir de refuser certains mots" a déclaré le chef de l'Etat, qui a fait une allusion aux déclarations de la députée Les Républicains Nadine Morano "la France, pays de race blanche". Des mesures doivent être annoncées dans les semaines qui viennent de la part de Christiane Taubira.

3. Logement

On dit parfois que c'est la « seule réforme de gauche » du gouvernement Hollande depuis 2012 : l'encadrement des loyers. Depuis cet été à Paris, vous pouvez vérifier sur une carte interactive si le loyer proposé par l'agence ou le propriétaire se trouve dans une fourchette, fixée selon le quartier concerné (il y en a 80 à Paris), mais aussi en fonction du nombre de pièces, de l'ancienneté de l'immeuble et de son caractère meublé ou non. Sur un loyer mensuel, on peut arriver à 200 euros de différence… ce qui, au final, reste élevé à Paris (pour presque deux fois moins, on trouve bien plus grand à Nantes). Plusieurs villes, comme Lille, Strasbourg ou Grenoble, pourraient s'y mettre en 2016. Seul problème : jusqu'à présent, aucun locataire n'a encore contesté son loyer en justice.

Après les loyers, le gouvernement s'est attaqué aux HLM (habitations à loyer modéré). Le Premier minsitre Manuel Valls a rendu publique, lundi 26 octobre, une liste de 36 communes qui n'en construisent pas assez. La région PACA (Provence Alpes Cote d'Azur) est la plus représentée avec 17 communes, devant l'Ile-de-France (8), le Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes (5 chacune) et l'Aquitaine (1). Dans ces territoires, le préfet pourra prendra des décisions à la places des maires récalcitrants, comme choisir des terrains et des logements, délivrer des permis de construire ou récupérer des logements vides.


4. Police

L'image de la police a en pris un coup avec le drame et les émeutes qui ont suivi : « une police qui se contentait de contrôle racial, loin d'être exemplaire » selon les témoignages de l'époque.

Pour répondre à ce sentiment et éviter les comportements abusifs du côté de la police, les forces de l'ordre vont être équipés de « caméras piétons », des petites caméras fixées sur le torse. Expérimentées depuis trois ans dans la police, c'est une mesure qu'a annoncé Manuel Valls le 26 octobre, en déplacement aux Mureaux (Yvelines). Pas suffisant pour rétablir la confiance du côté des associations. La proposition n'est pas nouvelle : cette vidéosurveillance avait été lancée après la nomination de Brice Hortefeux sous Nicolas Sarkozy en 2009 et testée à Saint-Denis et à Nîmes. L'impact sur le contrôle au faciès ? Aucun, parce que les policiers sont les seuls à pouvoir décider d'activer ou non la caméra.


5. Education

L'école renforce les inégalités et n'aide pas vraiment à l'intégration : c'était le message principal du cahier de doléances. Deux grandes propositions avaient été faites : réduire les effectifs en classe et augmenter les bourses… On peut dire qu'on est loin de l'objectif.  Du côté des bancs des écoles, le nombre d'élèves a augmenté en moyenne dans les classes (28,8 élèves en 2005 contre 29,9 en 2014 pour les collèges et les lycées selon l'INSEE). 

Sur la même période, les bourses allouées aux étudiants ont augmenté : 3 607 € pour l'année 2005, 4 500 € cette année en moyenne. Une augmentation alors que les différentes bourses au mérite qui existaient ont été supprimées.

6. Citoyenneté

Un très fort désir d'implication apparaissait dans le cahier de doléances, où la politique était décriée (compliquée, trop éloignée de la réalité…). Ce chapitre là développait 2 points particuliers.

Le droit de vote aux étrangers, une des 100 promesses du candidat Hollande. "Pas prioritaire", "l'année prochaine", "compliqué"… A la base prévue pour les élections municipales de 2014, François Hollande y a renoncé. Désormais, il compte faire adopter la mesure en 2016, (alors même que Manuel Valls n'y est pas très favorable) et seulement pour les élections locales.

L'autre point concerne l'éducation civique à l'école. On peut dire qu'à ce niveau là, les demandes ont été entendues. Le gouvernement Hollande a mis les moyens après les évènements de Charlie Hebdo début janvier 2015 et les résultats sont là. Dans la nouvelle réforme des programmes scolaires, des cours « d'enseignement moral et laïc » ont été mis en place. Au menu : vivre-ensemble, esprit critique et lutte contre le racisme. Comment ? En sortant des murs de l'école et en faisant intervenir d'autres professionnels.

A partir d'avril 2016, Mohammed Mechmache et le collectif AC LE FEU vont faire un nouveau tour de France pour travailler sur un deuxième cahier de doléance.

LIRE AUSSI :

>>  "Une année à Clichy - La ville qui rêvait qu'on l'oublie"

>>  2005 : Clichy-sous-Bois, les émeutes : où étaient les filles ?

 


 

Par Stéphane Garcia

Crédit photos : Flickr


/ le 26 octobre 2015

Commentaires