Détroit 2.0, le web au secours de l'économie

/ le 01 septembre 2013
Detroit 2.0, le web au secours de l'économie
Malgré les dettes, l'insécurité, le manque de débouchés, une poignée d'irréductibles continuent pourtant de garder foi en l'avenir à Détroit. Et ils ont choisi d'investir dans le web. Résultat, depuis deux ans, les start-ups recommencent à pousser comme des champignons en centre ville.

 

Le M@dison Building. Un endroit qui détonne au milieu du centre ville dévasté de Détroit, de ses SDF et de ses toxicomanes. C'est dans cette ancienne batisse du XIXème, qui servait autrefois de théâtre, qu'ont choisi de s'installer depuis quelques mois des entrepreneurs, des développeurs ou des investisseurs du web, faisant du lieux, "l'immeuble le plus tendance des Etats-Unis", selon le magazine Inc.

Jim Xiao, analyste chez Detroit Venture Partner, dans son bureau du M@adison Building © Gaele Joly, Le Mouv'
       

Parmi les entreprises qui ont investi le building,  Detroit Venture Partner, spécialisée dans l'investissement de Start-ups numériques. C'est ici que travaille Jim Xiao, 24 ans. Il est analyste et vient de Seattle, où il occupait précédemment un poste chez Microsoft.

Silicon Valley ? No thanks. I prefer Detroit

Comme Jim Xiao, ils sont de plus en plus nombreux à faire le pari du centre ville et du 2.0.  Résultat, depuis deux ans, les start-ups se multiplient, attirées par des loyers bon marché. A deux pas du M@dison Building, voici Woodward Avenue, une sorte de nouvelle Silicon Valley où ont choisi de s'installer ces pionniers urbains, venus pour la plupart de Chicago ou des environs de Détroit.

Woodward Avenue, rebaptisée pour les initiés "Webward Avenue" © Gaele Joly, Le Mouv'
     
Installée ici sur Woodward avenue, rebaptisée par les initiés "Web-ward Avenue", se trouve la société de Nathan Hugues, Detroit Labs, l'une des plus grandes réussites de la ville. Une start-up créée il y  a un an et demi, qui conçoit des applications pour mobiles.

 

Nathan Hugues, co-fondateur de Detroit Labs, l'une des plus grandes réussites de la ville © Gaele Joly

 

"Quand l'un de nous réussit quelque chose c'est toute la ville qui gagne"

Les jeunes du coin, eux aussi misent sur l'avenir de leur ville. C'est le cas de Carter Altman, 15 ans, et Connor Tukil, 16 ans. Deux ados absolument incroyables, qui ont créé il y  a un an et demi leur propre compagnie, 313 Energy, d'après le code téléphonique de la ville. Et qui commercialise des boissons énergétiques. Pour chaque canette vendue, dix cents vont  à la municipalité pour subventionner des écoles.

Carter Altman & Connor Tukil, inventeurs 313 Energy, boisson énergétique made in Détroit © Gaele Joly
   
D'autres intiatives participent de ce renouveau. Celle par exemple d'Andy Didorosi, entrepreneur compulsif originaire de la banlieue de Détroit. Il a créé l'an passé sa propre compagnie de bus, Detroit Bus Co. Son objectif, racheter de vieux bus de transport scolaires et les faire peindre par des artistes locaux. Il  a aussi mis en place un service de wifi gratuit pour les habitants. Aujourd'hui, c'est une star locale.

 

Andy Didorosi, fondateur de Detroit Bus Co © Gaele Joly, Le Mouv'

 

Détroit on veut rester parce que nous continuons à croire que sous les mauvaises nouvelles pointent les pousses vertes d'un bel avenir.

 


 

                                           Le slogan d'une nouvelle génération bien décidée à sauver l'avenir de Détroit.
   
Retrouvez tous nos reportages au cœur de Détroit par ici.
/ le 01 septembre 2013

Commentaires