Des cours de "procrastination sur Internet"

Par Erika / le 28 janvier 2015
Des cours de "procrastination sur internet"
Non, vous ne rêvez pas : des cours de procrastination sur Internet ont bel et bien été mis en place, à l'Université de Pennsylvanie. Une démarche pas si étrange que ça, comme l'explique Kenneth Golfsmith, l'enseignant à l'origine du projet.

Kenneth Goldsmith, poète, fondateur d'Ubuweb, et professeur à l'Université de Pennsylvanie à ses heures, a eu une initiative assez particulière qui ravira sans doute ses étudiants du cours d' "écriture créative". Il a effectivement décidé de demander à ses élèves de procrastiner sur Internet, une discipline qu'on estimera au passage plutôt bien maîtrisée par la communauté estudiantine moderne.

Il s'agira d'un cours hebdomadaire qui exige donc des étudiants qu'ils "se placent devant un écran pendant trois heures, et communiquent exclusivement via chat, réseaux sociaux, etc.", et surfent sur le net sans but précis.

 

La distraction est la nouvelle concentration

 

Le séminaire, intitulé sans équivoque "Wasting time on the Internet" soit  "Perdre du temps sur Internet", a cependant une visée plus construite que la consultation de contenus à priori inutiles.

Effectivement, selon Goldsmith, la procrastination, qui renforce les capacités à "effectuer des tâches simultanément, à se distraire, et à évoluer sans but précis", pourrait bien être un vecteur de créativité dans la même veine que l'écriture automatique pour les écrivains surréalistes.

Il explique, dans le descriptif de son séminaire :

Nous passons nos vies devant des écrans, à perdre du temps : vérifier les réseaux sociaux, regarder des vidéos de chats, chatter, faire du shopping.

Et si ces activités - cliquer, envoyer des sms, mettre à jour des statuts, errer sur le net - étaient utilisées comme matériau pour la création d’œuvres littéraires captivantes et pleines d'émotion ?

Pourrions-nous reconstruire notre biographie seulement en utilisant Facebook ? Pourrions-nous rédiger un grand roman en récupérant les informations de notre fil Twitter ? Pourrions nous faire d'Internet le plus grand poème jamais écrit ?


 

Un séminaire qui servira donc par la même occasion à réhabiliter Internet, qu'il estime largement sous-estimé par les médias. Il indique à ce sujet sur le Washington Post :

J'en ai vraiment assez de lire, dans chaque article, que le Web est néfaste. Je ne pense pas que ce soit le cas. Je pense qu'au contraire il nous rend plus intelligents.


 

Bref, une mission plutôt ambitieuse pour ses étudiants malgré la promesse paradoxale d'une procrastination assurée dans son intitulé...

 


 

Via le Washington Post

Photo : Kenneth Goldsmith, sur le Tumblr Printing the Internet

Par Erika / le 28 janvier 2015

Commentaires