Des chercheurs veulent débrancher les robots sexuels

Par Sébastien Sabiron / le 18 septembre 2015
Des chercheurs veulent débrancher les robots sexuelsȀ
Des chercheurs en bioéthique lancent une campagne contre l’avènement des robots à usage sexuel. Selon eux, en plus de déshumaniser le sexe, les "sexbots" conduiraient à dégrader les rapports humain et l'image du corps de la femme.

Ce n'est plus un fantasme. Alors que des poupées gonflables se vendent même sur Amazon, les robots à usage sexuels pourraient être commercialisé dès 2017. Selon ce rapport publié par le think tank américain Pew Research Center, leur usage sera généralisé en 2025.

Metropolis de Fritz Lang (1927)


Une réalité assez proche de nous pour inquiéter les chercheurs de l'université de Monfort en Angleterre, qui lancent une campagne préventive contre la généralisation des robots sextoys. Dans une interview à la BBC, le docteur Kathleen Richardson explique que ces robots pourraient renforcer les stéréotypes sur les femmes et l'idée qu'une relation se base uniquement sur l'attirance physique.

Les robots sexuels semblent devenir un sujet central dans l'industrie robotique [...] Nous pensons que la création de tels robots contribuera à dénaturer les relations hommes-femmes, adultes-enfants, hommes-hommes et femmes-femme.



Pour les chercheurs, la création de tels robots doit s'accompagner d'une réflexion éthique, inexistante jusqu'à présent. La campagne appelle les scientifiques du monde entier à ne pas contribuer à leur développement, en "ne fournissant pas de lignes de codes, de matériel, ou d'idées" à l'industrie des sexbots.

Pas de cyber sexe avant le cyber mariage ?

Maintes fois abordé au cinéma et esquissé dans l'excellente série suédoise Real Humans, le sexe robotique est un sujet sérieux. Aux Etats-Unis, Matt McMullen, le créateur de la célèbre Real Doll tente aujourd'hui de doter ses poupées en silicone d'une intelligence artificelle.


De son côté, la société True Companion affirme être en mesure de lancer "le premier robot sexuel du monde" d'ici fin 2015. Roxxxy (avec trois x) sera vendue environ 6.000 euros.

Le patron de la société Douglas Hines affirme que la poupée n'a pas vocation à se substituer à une femme et que le sexe ne représentera qu'une infime partie des interactions possibles. Ce que semble faire mentir le slogan associé à Roxxxy : "toujours chaude et prête à parler et s'amuser"

Roxxxy, chez vous pour 6.000 € © TrueCompanion


Si les relations intimes avec les robots deviennent un jour banales, on peut se demander ce qui se passera quand l'intelligence artificielle leur permettra de penser et de ressentir des émotions. A ce moment là, leur usage en temps qu'objets sexuels sera t-il moralement acceptable ? Pourra-t-on tomber amoureux et épouser son robot ? Des questions auxquelles il faudra sans doute répondre plus vite qu'on ne le croit.

 


 

Image d'illustration : Capture d'écran série Humans © Channel 4

Par Sébastien Sabiron / le 18 septembre 2015

Commentaires