Demokratia, le jeu qui bourre les urnes

Par Sébastien Sabiron / le 05 mars 2014
Demokratia, le jeu qui bourre les urnes
Les russent ne se lassent pas de ce jeu pour smartphones qui tourne en dérision leur système politique. Depuis son lancement en 2011, Demokratia attire chaque mois environ 100 000 nouveaux adeptes. Tous les coups sont permis pour devenir un super tsar.

Détourner des budgets, violer la constitution, acheter des députés et surtout ne pas oublier de bourrer les urnes. Somme toute une activité normale dans une jeune démocratie... A l'heure où Vladimir Poutine est vraisemblablement candidat au prix Nobel de la paix (SIC), Demokratia brocarde allègrement le système russe.

Et si aucun nom n'est cité, on n'a pas de mal à reconnaître quelques visages connus.


Pour gravir les marches du pouvoir, le joueur doit combiner trois éléments identiques qui donnent un objet de plus grande valeur. Trois billets donnent un mouton, trois moutons donnent un électeur, trois électeurs un bureau de vote, etc.

Le jeu met en scène un colonel du KGB en kimono (coucou Vladimir) et un "juriste emprisonné", allusion à Alexeï Navalny, avocat et opposant politique n°1, actuellement assigné à résidence.

Alexeï Navalny, IRL et en jeu vidéo / cc Alexei Yushenkov
 

Demokratia est lancé le 10 décembre 2011, au lendemain de soupçons de fraude électorale qui déclenchent des manifestations sans précédent jusqu'au retour de Poutine à la présidence six mois plus tard. Disponible sur la plupart des plateformes mobiles, il rencontre un succès immédiat. A ce jour, le jeu a été téléchargé 1,5 million de fois selon son créateur NeskinSoft.

Demokratia / captures d'écrans
 

Un succès inédit pour un jeu à contenu politique conçu en Russie. Sans doute parce qu'il est à la fois provocateur et dénué de propagande. Son auteur Valentin Merzlikine ne cache pourtant pas son soutien à Alexeï Navalny. Joint par l'AFP, il explique avoir voulu "lancer un jeu qui amuserait les opposants russes".

A droite : Russie Unie, le parti de Vladimir Poutine / A gauche : le logo de Demokratia


Depuis sa sortie, Demokratia a été mis à jour une vingtaine de fois, se peuplant de nouveaux personnages : les Pussy Riot, Madonna (qui les a soutenues publiquement), Iouri Gagarine ou encore Gandhi et Jésus. Les stades à atteindre juste après "Poutine".

 

 


 

Par Sébastien Sabiron / le 05 mars 2014

Commentaires