Dégustez le "human centipede burger"

Par Erika / le 20 mai 2015
Dégustez le "human centipede burger"
Burger et "Human Centipede". Une association pour le moins curieuse et à priori loin d'être alléchante. Focus en image sur cette atrocité culinaire.

La simple évocation du film aura de quoi donner des hauts-le-coeur à ceux qui connaîtraient la référence. Mais Human Centipede pourrait bien aujourd'hui vous mettre l'eau à la bouche. Du moins c'est ce qu'espèrent les restaurateurs du Zombie Burger, un restaurant dans l'Iowa spécialisé dans les hamburgers et autres plats aux titres évocateurs.

Au menu, on retrouve des intitulés alléchants : Zombie nachos, Dead Moines, Dawn of the Dead, ou encore 28 days later, et même une référence au cinéma français avec un burger intitulé La Horde, composé de fromage de chèvre, bacon, oignons caramélisés et mayonnaise.

Et le nouveau venu n'est autre qu'une référence à l'une des boucheries les plus glauques du grand écran : le Burger human centipede.

Appétissant, non ?

 

Pour ceux qui auraient, par miracle, échappé à ce massacre aussi bien visuel que scénaristique, nous vous résumons le pitch en deux lignes. Décliné en trois volets, dont le dernier ne devrait pas tarder à sortir, les films narrent l'histoire de malades mentaux dont le plus grand projet est de créer un mille-patte... avec des humains... en les reliant par leur système digestif...

 

Mais rassurez-vous, point de navet dans ce burger, intitulé sobrement "Martin's Revenge", en honneur à Martin Lomax, protagoniste du second film.

Les ingrédients sont on ne peut plus normaux : bacon, cheddar, oignons et steack. La référence est quant à elle plus qu'explicite : l'on retrouve trois burgers différents reliés par un pain brioché aux airs de sandwich.

Le chef explique son processus de création :

J'essayais de trouver un moyen de rendre hommage au film avec un burger. J'ai commencé par rassembler des ingrédients, que j'ai disposés tout en long.

On voulait pousser le bouchon encore plus loin avec ce plat. Les films ont définitivement influencé notre culture, et on voulait mettre en lumière l'ampleur du choc psychologique qu'entraînent les films d'horreur de nos jours.


 

Un menu gargantuesque, qui pourra plaire aux plus gourmands.

On pourra cependant déplorer le manque de jusqu'au-boutisme de la démarche : les plus pointilleux auraient sans doute apprécié un vrai "menu-centipede", avec un soudage maison d'aliments complètement différents. Mais soyons honnêtes : si l'on peut apprécier le gore dans les films d'horreur, l'on est en droit d'espérer autre chose dans nos assiettes.

Par Erika / le 20 mai 2015

Commentaires