Dark Vador prochain président de l'Ukraine

Par Augustin Arrivé / le 31 mars 2014
Dark Vador veut remplacer Ianoukovitch
Si vous comptiez vous présenter à la présidentielle ukrainienne, trop tard : le dépôt de candidatures est terminé depuis dimanche. 46 aspirants se sont faits connaître. Et parmi eux, Dark Vador, représentant du parti de l'Internet, un mouvement pas très net.

 

Viktor Ianoukovitch avait la folie des grandeurs, avec sa cage d'autruches et ses cours de tennis dans sa villa privée. Mais les Ukrainiens pourraient le remplacer par un psychopathe encore plus atteint : le seigneur des Siths Dark Vador. Le vilain de la saga Star Wars s'est présenté très sérieusement comme le candidat à la présidentielle du parti de l'Internet. Un joli coup de com' pour la petite formation, fondée en 2010, qui s'assure ainsi une médiatisation galactique.

 

 

Le dépôt des dossiers est clos depuis dimanche soir. La commission électorale a annoncé ce lundi matin la présence de quarante-six candidats. Il s'agit maintenant de vérifier la conformité de leurs dossiers (ce sera fait d'ici vendredi). Mais si la campagne se concentrera probablement autour de l'ancienne Premier ministre Ioulia Timochenko et du milliardaire Petro Porochenko, de nombreux outsiders tentent de se faire une place.

Dans le communiqué publié par le parti de l'Internet (l'UIP) et relayé par lemonde.fr, Dark Vador explique ainsi être le seul à pouvoir "faire un empire de notre république, lui redonner sa gloire passée, lui rendre ses territoires perdus et sa fierté". Ceci en quelques axes principaux : des cours d'informatiques gratuits pour tous, une transition vers les médias numériques et la création d'un mystérieux "gouvernement numérique".

 

 

"Le camarade Vador sera le candidat de notre parti", a annoncé très officiellement Dmitry Goloubov, le patron de l'UIP. Là où le bât blesse, c'est que le dit Goloubov est soupçonné par le FBI d'être à l'origine d'une des plus grandes fraudes bancaires de l'histoire. C'était en 2005, il n'avait alors que 22 ans, et le jeune hacker d'Odessa était alors à la tête d'un site d'activistes russophones, carderplanet.com.

Le Washington Post rapporte les propos d'un agent du FBI, E.J. Hilbert, expliquant que les enquêteurs n'ont jamais pu prouver sa culpabilité et qu'ils ont dû le relâcher, malgré les témoignages de plusieurs de ses supposés "collègues", notamment un certain Roman Vega, arrêté en 2004 pour les mêmes faits.

Une copie du passeport de Goloubov a circulé sur internet accompagné d'un manifeste proclamant : "Moi, Dmitry Goloubov, leader pirate, j'ai hacké des banques." Le principal intéressé nie les faits, prétendant que le véritable cyber-criminel lui aurait volé son identité. "Je ne suis pas complètement barjo, si j'avais vraiment fait ça, je ne l'aurais pas écrit sur le web."

 

 

Quoiqu'il en soit, le bonhomme n'a, a priori, rien à craindre en Ukraine, où il peut sans inquiétude faire le mariole avec un type déguisé en Dark Vador. Personne ne sait qui se cache sous le costume. Le bras droit de l'empereur Palpatine s'était déjà fait remarquer en novembre dernier en se proclamant maire d'Odessa, au nez et à la barbe d'Aleksey Kostusev, le réel locataire de l'hôtel de ville. Ca n'était pas allé plus loin. On verra cette semaine si l'UIP réussit à berner la commission électorale. Pour l'instant, le parti affirme avoir versé les 165.000€ règlementaires pour valider sa candidature.

 

L'Ukraine reste sous haute tension, à moins de deux mois des présidentielles. Reportage à écouter en cliquant ici.

Tous nos reportages à Kiev sont disponibles par là.

 


 

Photo de couverture : capture d'écran du discours d'investiture du candidat de l'UIP sur YouTube

 

Par Augustin Arrivé / le 31 mars 2014

Commentaires