Dans la tête de Roman Coppola

/ le 24 juillet 2013
Dans la tête de Roman Coppola
"Dans la tête de Charles Swann III" sort en salles ce mercredi. C'est le deuxième long métrage de Roman Coppola, fils de Francis Ford et grand frère de Sofia. Un touche-à-tout relativement inconnu du grand public.

 

 

 

 

 

Graphiste réputé, séducteur excentrique et immature, Charles Swan mène une vie de patachon à Los Angeles. Mais quand son grand amour Ivana, lassée de ses frasques, claque la porte, tout fout le camp. Charles entreprend alors un étrange voyage intérieur pour tenter d'oublier son chagrin d'amour.

 

 

 

 

Bon, le pitch laisse un peu songeur, mais le casting (Charlie Sheen, Bill Murray, Patricia Arquette) et la bande-annonce donnent sacrément envie :

 

Douze ans après CQ, le second long métrage de Roman Coppola a failli ne jamais exister. Roman a galéré pour rassembler les financements, au point de pousser un coup de gueule contre l'industrie du film. A 48 ans, le fiston bénéficie pourtant de sérieux appuis et surtout d'un gros carnet d'adresses.

 

 

 

 

Roman a été producteur (notamment pour Francis Ford et Sofia), clipeur (Air, Phoenix, Daft Punk...) et scénariste (A bord du Darjeeling Limited de son ami Wes Anderson.) Mais quand le Lost in Translation de sa petite soeur dépasse le million d'entrées en France, son premier film CQ (pourtant présenté hors compétition au festival de Cannes) n'attire que 15 000 spectateurs.Sans doute la preuve que le nom de famille ne fait pas tout, peut-être aussi que le cinéma de Roman est un peu moins grand public que celui de Sofia.

 

 

 

Un cinéaste à part dans la dynastie Coppola. Ecoutez le reportage de Frédérik Hufnagel :

 

Dans la tête de Charly Swann III fait appel à nos références cinéphiles, dans un Los Angeles coloré, décalé et diablement pop. A voir aussi pour la prestation irrésisitble de Bill Murray, tout aussi crédible déguisé en cowboy qu'en espion.

De gauche à droite : Jason schwartzman, Bill Murray, Charlie Sheen © UFO Distribution

 

Suivez Sébastien Sabiron sur Twitter : (@sebsabiron)
/ le 24 juillet 2013

Commentaires