Dans la jungle, terrible jungle de Calais

Par Benjamin Mathieu / le 04 mars 2016
Dans la jungle, terrible jungle, de Calais
Ils sont 6 000 migrants, selon les associations, à vivre dans ce bidonville. La partie sud de la jungle de Calais est en cours de destruction depuis plusieurs jours. La tension à l'intérieur du camp est très forte. Visite du plus grand bidonville de France.

Depuis le début du démantèlement, lundi 29 février 2016, la "jungle" change d'aspect tous les jours. Sylvain de l'association l'Auberge des Migrants, me propose de faire le tour du campement, une zone immense coincée entre la mer et une rocade d'autoroute.

Il pleut, il fait froid, je ne suis pas préparé à ce que je vais voir.


A peine entré, nous croisons plusieurs personnes aux visages recouverts de foulards. Il s'agit d'iraniens qui viennent de se coudre la bouche en signe de protestation. L'ambiance est très tendue. 


Dans la zone sud, celle en cours de destruction, 1.000 personnnes selon le Ministère de l'intérieur, 3.500 selon les associations vivent dans des cabanes de fortune. Du coup, la jungle est une vraie petite ville, avec même deux "nights-club".


La vie dans la jungle en hiver : froid, boue, absence de chauffage, incendie...


Théâtre, centre juridique, école,... la partie nord du camp est bien organisée, mais cela ne devrait pas durer.


Les plus vulnérables dans la jungle, les mineurs isolés (ils seraient 400) et les femmes ont un espace qui leur est propre.


Le coin des familles est en plein bouleversement, il ressemble désormais à une véritable décharge. Le camp est depuis lundi 29 février en pleine mutation, les habitations "bougent" tous les jours.


En plein milieu du camp, les containers tout neufs du CAP (Centre d'Acceuil Provisoire) ne sont pas vu d'un très bon oeil par les migrants de Calais.


Le CAP qui compte 1 500 places est déjà plein. Que faire des autres migrants ? Ils seraient 6 000 dans cette zone, toujours selon les chiffres des associations.


Une grand merci à Sylvain, auteur compositeur sous le nom De Saturne. Son mini-album "à la lisière" est disponible. Le premier clip "Izzidine" parle bien sûr de la vie dans la jungle.


Un grand merci également au Channel, centre culturel de Calais pour ses contacts précieux. 



Sons, photos : © Benjamin Mathieu

 

Par Benjamin Mathieu / le 04 mars 2016

Commentaires