Crâne Angels, tempête sous 9 crânes

/ le 28 novembre 2013
Crâne Angels : tempête sous 10 crânes
Issu de la prolifique nébuleuse bordelaise, Crâne Angels réunit sur scène une dizaine de musiciens, façon chorale psychédélique. Une bande de potes biberonnés au live dans les caves et les bars de la ville. Dans la plus pure tradition rock bordelaise.

 

Anthony Rivat est étudiant à l'Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine. Il a tendu un seul micro a neuf musiciens. Chapeau.


Si l'on devait les comparer pour satisfaire un vieux tropisme journalistique, on pourrait citer Arcade Fire, glorieux ainés qui ont fait du nombre leur meilleur allié sur scène. Crâne Angels, c'est comme une grande chorale foutraque, mais en place. Une machine à fabriquer des hymnes pop.

Crâne Angels est né dans une cave il y a quelques années : six potes de fac, une chaise, un micro et des guitares acoustiques. Fédéré autour d'un noyau dur (M. Crâne, Petit Fantôme, Père Dodudaboum) le combo à l'effectif fluctuant se stabilise autour d'une dizaine de membres.

La chorale acoustique du début évolue vers une pop efficace aux accents sixties, à l'image de ce Virgin sorti en 2011.

Virgin from Lico on Vimeo.

Au sein du groupe, tout se mélange en un patchwork d'influences musicales et les prises de décisions sont collégiales. Mika, alias M. Crâne définit le processus créatif (second degré inside) :

J'ai monté le groupe, mais c'est très vite devenu un électron libre. Aujourd'hui, il n'y pas vraiment de leadership. Les choses mettent un peu plus de temps à évoluer, il y a un vrai processus démocratique. C'est très chiant. Une dictature avance beaucoup plus vite.  


 

Les Crâne Angels ont déjà signé un EP et un album. Le deuxième est en préparation. Ils auront carte blanche le 20 décembre à l'I.Boat de Bordeaux avec leur collectif Iceberg.

Reportage pour le Mouv' signé Anthony Rivat.

/ le 28 novembre 2013

Commentaires