Coup d'arrêt pour les Google Glass

/ le 16 janvier 2015
Coup d'arrêt pour les Google Glass
La firme californienne vient de suspendre la vente de ses lunettes. En attendant de nouveaux modèles. On tente de vous expliquer le pourquoi du comment.

La nouvelle n'est pas franchement surprenante. Celà faisait pluseurs mois que de nombreuses questions se posaient autour du projet Google Glass. En fait depuis l'automne dernier. Notamment à cause de leur manque d'applications et de leur prix très élevé : 1500 Dollars. Le géant américain de l'Internet a donc décidé de dire stop. En tout cas provisoirement. "Le 19 janvier sera le dernier jour pour obtenir Glass" indique un message publié via la toile. Ce après quoi le programme se terminera "afin de pouvoir se concentrer sur ce qui viendra ensuite" explique Google.Comprenez par là, que les Google Glass ne sont pas mortes. Elles subissent un simple coup d'arrêt.
Toujours selon le message de Google, "vous commencerez à voir de nouvelles versions quand elles seront prêtes".

Appareil photo polémique

Google avait pourtant semblé faire un grand pas en vue d'une rapide commercialisation de masse en annonçant l'an dernier l'ajout à son prototype de montures normales potentiellement équipées de verres correcteurs, ou de verres solaires. Problème, la bête est sujette à controverse. Car les Google Glass, connectées à internet, répondent à des commandes vocales et parfois de simples clins d'oeil pour faire des photos et des vidéos. Une discretion qui ne manque pas de susciter la polémique, sur le respect et la protection de la vie privée. Mais les problèmes ne s'arrêteraient pas là pour les Google Glass. Vu la longueur de la phase de tests, certains médias avancent déjà des difficultés technologiques, un manque de diversités des applications. Alors chez Google on se défend comme on peut. On avance notamment que l'objectif du programme d'explorateurs était de voir comment les gens utilisaient cette nouvelle technologie et de recueillir leurs avis pour concevoir par la suite de meilleures versions de l'appareil, et qu'après deux années les retours ont été suffisants. Affaire à suivre, toujours est il que la lunette connectée made in Google, c'est pas pour demain, ni après demain.

Optinvent le vent en poupe

En attendant, si les difficultés sont réelles outre-Atlantique, c'est la firme française Optinvent qui s'en frotte les mains. Basée à Rennes, l'industriel spécialisé lui aussi dans la Smart Glass a mis au point une technologie nettement plus performante que celle du géant américain. Ses lunettes connectées ORA permettent en effet de voir en transparence des informations tout en regardant le monde réel : un fléchage de la direction à prendre façon GPS, la traduction d'un panneau écrit en japonais, etc. C'est ce qu'on appelle la réalité augmentée. Après sept ans de R & D et déjà 5 millions d'euros levés, cet ingénieur passé par HP et technicolor veut collecter 2 millions de plus pour accélérer la phase industrielle.


 

Illustration Photo. Une paire de Google Glass. Cc commons.wikimedia.org.

/ le 16 janvier 2015

Commentaires