"Comme Convenu": la face B de la Silicon Valley

Par Sébastien Sabiron / le 26 octobre 2015
Financement Participatif : une dessinatrice fait sauter la banque
Dans "Comme Convenu", la dessinatrice Laurel raconte les joies et les désillusions d'un couple qui créée une start-up de jeux vidéos à San Francisco. Pour éditer cet album, la dessinatrice a fait appel au financement participatif. Et la campagne cartonne.

Comme convenu, où l'hisoire d'un succès, reportage de Sébastien Sabiron :


Laurel, c'est d'abord un blog, sans doute le plus connu de la blogosphère BD. A son actif également, une douzaine d'albums publiés reconnaissables à son trait rond et enfantin.

En 2011, avec son compagnon (développeur), elle crée Doodle Grub sur smartphone. Une version revisitée du célèbre Snake, sur les vieux téléphones Nokia.


Doodle Grub fonctionne pas mal et le couple décide de se lancer dans l'industrie du jeu vidéo. Avec deux associés, ils fondent le studio Pixowl et décident de partir vivre (avec une enfant) là où tout se passe : San Francisco, Californie, où sont implantés les campus des géants du web.

"Comme Convenu" © Bloglaurel


Sauf qu'une fois sur place, tout ne se passe pas "comme convenu", justement. La vie est chère, le couple doit vivre en collocation avec les stagiaires non rémunérés de la boîte. Un peu naïfs, ils avancent des frais, croient leurs associés qui les assurent d'être remboursés rapidement, "car le jeu va cartonner". 

"Comme Convenu" © Bloglaurel


Un matin, Laurel décide de coucher sa frustration sur palette graphique. C'est la naissance de Comme Convenu. Chaque jour, la dessinatrice poste une page sur son blog, qui n'a au départ pas d'autre vocation que d'exorciser le blues du moment.

Voyant que les lecteurs accrochent, Laurel décide de publier la bédé. Approchée par des éditeurs qui lui proposent une rémunération trop faible, elle lance une campagne de crowdfunfing sur Ulule. En quelques jours, le résultat dépasse toutes ses éspérances.

Alors qu'elle demandait un peu plus de 9.000 euros, le compteur approche les 170.000 euros, quasiment 2.000% de plus que l'objectif de départ.

© Bloglaurel


Et la campagne reste ouverte pour quelques jours. Comme le livre ne sera pas vendu en libraire, c'est le seul moyen de vous l'offrir. Du producteur au consommateur.

 



Images d'illustration © Bloglaurel 

Par Sébastien Sabiron / le 26 octobre 2015

Commentaires