Cloak, le réseau antisocial

Par Sébastien Sabiron / le 20 mars 2014
Cloak, le réseau antisocial
Vous avez des centaines d'amis virtuels, vous adorez échanger avec eux, mais pas au point de les fréquenter dans la vraie vie. Il y a une appli pour ça. Cloak localise vos "amis" pour mieux les éviter.

A l'époque de la fac, impossible d'éviter Corentin, votre binôme de TD, totalement obsédé par le "GN", le jeu de rôle grandeur nature. Malgré ses sollicitations à la limite du harcèlement, vous n'avez jamais cédé. Pas question de gaspiller un week-end à faire le guignol dans une forêt avec un sabre en mousse.

Ça ne l'empêche pas de vous envoyer chaque semaine une invitation GN sur Facebook. Et comme c'est un pote de fac, vous n'osez pas le bloquer.

Sans façon, merci.
  

Grâce à Cloak désormais, vous multipliez vos chances de ne pas croiser Corentin dans la vraie vie. Cette application (à ce jour seulement disponible sur iOS) se présente comme "le réseau antisocial" et promet un mode incognito pour la vraie vie :

Evitez vos ex, vos collègues, ce mec qui aime vous tenir la jambe, tous ceux que vous préféreriez ne pas croiser.


   
Cloak ("cape" en anglais)  utilise les données de localisation présentes dans Foursquare et Instagram, les derniers "check in" de vos amis pour les situer sur une carte. Une notification vous alerte s'ils s'approchent de l'endroit où vous vous trouvez. 
    
Pour le moment, l'appli ne profite pas des données de localisation proposées en option par Twitter. Son concepteur Brian Moore explique au New York Times que "la plupart des utilisateurs les ont désactivées et même quand elles sont actives, elles ne sont pas assez précises." D'autres réseaux sociaux pourraient bientôt être supportés, dont Facebook.
  
Rather, ou le web sur mesure / Capture d'écran
 
Les développeurs de Cloak sont déjà à l'origine de Rather. Cette extension permet d'expurger son mur Facebook ou sa timeline Twitter des photos de bébés, de twerk, de Kim Kardashian et de tout ce qui nous exaspère, en les remplaçant par exemple par des photos de chats. Parce que les chats, on ne s'en lasse pas.
    


Photo de couverture : cc Flickr par MichaelTapp
Par Sébastien Sabiron / le 20 mars 2014

Commentaires