Charlie Hebdo, le business qui pue de la bouche... 2

/ le 16 janvier 2015
Charlie Hebdo, le business qui pue de la bouche 2
Après les abjectes reventes du numéro "Tous pardonnés" au marché noir, c'est au tour des vautours du web de tenter de capitaliser sur l'horreur qui a touché Charlie Hebdo.

Parmi les nombreuses tentatives de récupération commerciale de l'attentat contre Charlie Hebdo, la création
d'adresses de sites internet aussitôt remises en vente est le symbole d'un commerce sans morale dont l'encadrement progresse lentement. Créée le jour même de l'attaque contre l'hebdomadaire satirique, l'adresse
"charliehebdomassacre.com" est déjà à revendre au plus offrant, comme d'autres coquilles vides telles que "charliehebdoshooting.com", tandis que "je-suischarlie.com" est mis à prix 349 euros sur la plateforme d'échanges de noms de domaine du groupe allemand Sedo. D'autres suivent, comme les adresses "charliehebexecute.fr" et "charliecoulibaly.fr", soldées 6,99 euros au lieu de 15,99 euros par le groupe américain GoDaddy, principal  bureau d'enregistrement de nouveaux noms de domaines.

Dessin posthume de Tignous dans Charlie Hebdo, par Sébastien Sabiron

Mais si le commerce est libre, comme le soulignent les juristes questionnés sur le sujet, il n'en reste pas
moins que la notion de morale peut paraître écornée. D'ailleurs la vente de noms de domaine est partiellement régulée. Un dispositif a été mis en place en 2011 par l'Association française pour le nommage internet en coopération (Afnic). Elle a notamment déclenché "volontairement une surveillance sur les enregistrements" liés à Charlie Hebdo après l'attentat du 7 janvier.

Sincéres en majorité

On s'inquiétait qu'il y ait des choses malsaines, on a vu beaucoup de sites de collecte de dons. On a téléphoné aux titulaires pour vérifier leurs adresses et leur demander des copies de leurs cartes d'identité. Heureusement, ils étaient tous sincères, sauf un


a déclaré un responsable de l'association. Heureusement, les internautes veillent. Et pas seulement pour empêcher le business sur les noms de domaines. Mais sur les Unes de charlie Hebdo comme s'en amuse ce twitto après une enchère surréaliste sur Ebay.

 


 

Illustration Capture Écran Google Chrome.

/ le 16 janvier 2015

Commentaires