César : plus d'excuse pour Dany Boon

Par Augustin Arrivé / le 01 mars 2014
César : plus d'excuse pour Dany Boon
En récompensant très largement deux comédies, l'Académie des arts et techniques du cinéma a infligé indirectement un camouflet à Dany Boon qui, en 2009, avait boycotté les César, vexé de n'avoir été nommé qu'une fois.

 

Quand on réalise une excellente comédie, les César sont à portée de main. On n'en doutait pas vraiment (trois trophées pour 3 hommes et un coufin, sept pour On connaît la chanson, quatre pour La vie est un long fleuve tranquille, les exemples ne manquent pas), mais le roi du box-office français s'était insurgé avec fracas du contraire. C'était en 2009 et le très populaire Bienvenue chez les Ch'tis n'était nommé que pour le meilleur scénario original (qu'il n'obtint pas).

 

Quand on a du succès, ça crée une forme de jalousie. Les gens se disent : "il a tout, il ne va pas non plus avoir les récompenses". Je n'ai pas ma place dans une soirée qui boycotte les comédies.


 

Hier, les votants ont décidé que le meilleur film de l'année serait une comédie. L'excellent Les garçons et Guillaume à table a reçu cinq récompenses, et pas des moindres (meilleur film, acteur, adaptation, 1er film et montage). Et une autre comédie (9 mois ferme, d'Albert Dupontel) a trusté les deux autres catégories principales (meilleure actrice et meilleur scénario original). S'il n'y avait pas eu le César du meilleur réalisateur pour Roman Polanski, on aurait pu se demander au contraire pourquoi les drames n'avaient cette année qu'à se partager les miettes.

 

 

Les César récompensent le talent, certains restent sur le bord de la route. C'est le jeu ma pauvre Lucette. Mais prétendre que la compétition tourne le dos au cinéma populaire relève de l'orgueil et de la démagogie. Les garçons et Guillaume à table, avec ses 2,5 millions d'entrées en salles, figure dans le top15 du box-office de l'année (certes, Les profs, de Pierre-François Martin-Laval, approche les quatre millions de tickets, mais qui osera prétendre qu'il méritait les trophées de Gallienne ?).

La vie d'Adèle, qui faisait office de finaliste dans la course aux compressions, quitte la cérémonie avec un seul César, celui du meilleur espoir féminin. Nos confrères de Slate.fr expliquent parfaitement la semi-injustice faite à son héroïne, Adèle Exarchopoulos, qui, en d'autres temps, aurait pu espérer le prix de la meilleure actrice. Même résultat pour L'inconnu du lac, d'Alain Guiraudie : meilleur espoir masculin et puis c'est tout. Rien pour Le Passé, d'Asghar Farhadi, malgré six nominations.

 

 

La compétition était très relevée, voilà tout. Il faut bien des perdants pour qu'il y ait des gagnants. Les mauvais joueurs peuvent bien bouder, ça ne changera rien à cette évidence. Dany Boon sera peut-être récompensé l'an prochain pour son récent Supercondriaque. Peut-être. Mais très honnêtement, on se permet d'en douter.

 

Remontez dans le temps pour voir comme la barre était haute cette année. Les nominations sont à retrouver par ici.

Et maintenant, préparez-vous pour les Oscars. C'est par là.


Photo de couverture : capture d'écran des César 2014 © Canal +

 

Par Augustin Arrivé / le 01 mars 2014

Commentaires