C215 glisse quelques portraits dans les rues de Rabat

Par Marie Aubert / le 20 mai 2015
C215 glisse quelques portraits dans les rues de Rabat
"Le street art, ce n'est pas l'art dans la rue, mais l'art de la rue". Une jolie définition de l'art urbain que C215 veut poétique, humaniste et philosophique. Lors d'un séjour au Maroc, l'artiste a glissé quelques-uns de ses portraits dans la ville de Rabat. Cette dernière a pris une dimension tout à fait différente...

Originaire de Paris, Christian Guémy, alias C215, était à Rabat, au Maroc, pour exposer au musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain. 

L'artiste français en a profité pour laisser sa patte dans toute la ville en réalisant des pochoirs sur les boîtes postales.

 

Un joli travail plein de poésie et d'humanisme. Ces visages ordinaires s'intègrent anonymement  à la rue pour ré-humaniser les villes et leur donner une dimension intime et philosophique :

Mes œuvres placent des invisibles au rang de célébrités. A travers ces visages, je souhaite que les passants se confrontent à leur propre humanité.


 

Presque portraitiste, C215 inscrit son travail dans l'art figuratif. L'artiste préfère les visages et les animaux qu'il peint sur de petites surfaces afin de rendre son art accessible.

Pour cette collection, Christian Guémy a utilisé un panel de couleurs restreint qu'il a appliqué exclusivement à la bombe. Dès lors, le jaune des boîtes postales devient partie intégrante de son œuvre alors que l'artiste n'a poché que du blanc et du bleu.

 

 

Pour l'anecdote, C215 a commencé à peindre ces portraits dans les rues lorsqu'il s'est séparé de la mère de ses enfants. Peiné, l'artiste s'est mis à pocher les visages de sa femme et de sa fille dans leur quartier.

 


Crédit photo : C215

Par Marie Aubert / le 20 mai 2015

Commentaires