#BringBackOurGirls et les photos bidons

/ le 09 mai 2014
#BringBackOurGirls et les photos bidons
Sur le web, la mobilisation pour la libération des 200 lycéennes enlevées au Nigeria par Boko Haram s'accompagne de photos de jeunes filles africaines. Des photos poignantes, qui pourtant n'ont absolument rien à voir avec l'affaire.

Nous vous parlions jeudi du tweet de la first lady Michelle Obama, photographiée avec le hashtag #BringBackOurGirls, le mot clef lancé sur Twitter une semaine après le kidnapping de plus de 200 lycéennes nigérianes par la secte islamique Boko Haram.

 Depuis, le nombre de signatures sur la pétition en ligne a doublé (plus de 840.000 à l'heure où nous écrivons ces lignes). C'est dire la force des images sur les réseaux sociaux.

Christiane Taubira y est aussi allée de son tweet

 

Pour donner plus de poids à cette campagne dépourvue d'images (la police nigérienne invite d'ailleurs les familles à lui fournir des photos des jeunes filles disparues), trois photos circulent sur twitter depuis quelques jours. Ces portraits d'adolescentes en pleurs ont été repostées des milliers de fois, y compris par la BBC et par le rappeur Chris Brown (pourtant pas vraiment réputé pour son respect de la gent féminine).

Problème : même si on se doute bien qu'il ne s'agit pas réellement des lycéennes enlevées, ces clichés utilisés sans autorisation n'ont absolument aucun rapport avec la campagne qu'elles illustrent. Les modèles sont guinéennes, elles ont été photographiées il y a trois ans en Guinée Bissau, à des milliers de kilomètres du Nigeria.

L'auteure des images, Ami Vitale, explique au New York Times que les clichés ont été volés sur le site de la Fondation Alexia (qui accompagne les projets de photojournalistes). Si la photographe ne remet pas en cause le bien-fondé de cette mobilisation, elle "enrage" que ses photos aient été détournées de leur sens premier :

Je connais ces filles, je connais leurs familles [...] Ces photos n'ont rien a voir avec les terribles kidnappings. Pouvez-vous imaginer que l'image de votre fille fasse le tour du monde, représentant le visage du trafic sexuel ? Ces filles n'ont jamais été abusées.

Une autre photo (libre de droits) d'Ami Vitale / cc Flickr World Bank Photo Collection
    

La photographe explique avoir voulu montrer l'Afrique différemment avec cette série de photos, un visage du continent qui se situerait entre les images de guerre morbides et les majestueux clichés de savane. Plus que le vol des photos, c'est leur "détournement" que déplore Ami Vitale.

                        Une autre des photos d'Ami Vitale diffusées sur Twitter / Capture d'écran 

    
Au delà du viol de copyright, monnaie courante sur le web, cette affaire relève d'un certain manque de respect à l'égard des sujet photographiés. Dans ce cas précis, peu importe son histoire, son nom ou ses origines, une fillette africaine est une fillette africaine (quitte à lui photoshoper des larmes sur le visage).

L'affaire des asiatiques tristes

Il y a quelques semaines, le blog KoreAm, repris par le Washington Post révélait une pratique encore plus douteuse. Pour illustrer le dramatique naufrage du ferry sud-coréen qui a fait 263 mort dont une majorité des collégiens, la chaîne américaine Fox News diffuse les images envoyées par les agences de presse. On y voit la coque renversée du navire et les visages endeuillés des familles des victimes.

Mais Fox News ajoute quelques images à son reportage :

Capture d'écran Fox News

 

Sauf que la vieille dame visible à l'écran n'a pas vraiment le profil coréen. En voyant ces images, un reporter américain d'origine coréenne interpelle le Centre Culturel Coréen de Los Angeles. Un responsable visionne les images à son tour :

Je me suis dit : mais pourquoi font-ils ça ? C'est comme s'ils utilisaient des images aléatoires d'asiatiques tristes plutôt que de se rendre sur place.

 

Vérification faite, la vieille dame éplorée est une népalaise filmée quelques jours plus tôt lors d'un rassemblement hommage à 16 sherpas décédés dans une avalanche sur les flancs de l'Everest (la photo est visible sur le lien).

Pressée de questions, Fox News a fini par expliquer que la vidéo a été "accidentellement piochée dans le fil d'images internationales". Vue la proximité temporelle des drames (le naufrage du ferry le 16 avril, l'avalanche le 18), on peut croire cette justification. Ou pas.

 


/ le 09 mai 2014

Commentaires