Brésil 1970 : retour sur l'épopée de la plus belle équipe de tous les temps

Par Guillaume Duseaux / le 21 juin 2018
Brésil 1970 – la plus belle équipe de tous les temps sur le toit du monde
Lors de la Coupe du Monde 1970, le Roi Pelé remportait le trophée mondial pour la troisième fois de sa carrière. Cette équipe du Brésil était alors sur le toit du monde.

Champion du Monde en 1958, 1962 et 1970, Edson Arantes do Nascimento dit Pelé est l’un des plus grands joueurs de tous les temps. Surnommé le Roi, le Brésilien est aujourd’hui encore le meilleur buteur de l’histoire de la Seleção. Seul joueur à avoir remporté 3 Coupes du Monde, son record risque de mettre énormément de temps avant d’être battu. Nous revenons aujourd’hui sur le sacre de 1970. Celui du Brésil au jeu léché, celui de l’équipe qui a élevé le « Joga Bonito » au rang d’art. Tout commence dès les phases qualificatives pour la Coupe du Monde. On n’avait jamais vu une pareille promenade de santé : 12 victoires, 42 buts marqués, 8 encaissés. Les Auriverde termineront le mondial mexicain avec 6 matchs, 6 victoires, 19 buts marqués et 7 encaissés. Outre le Roi, on retrouvait l’impitoyable Jairzinho en attaque, mais aussi Tostāo, Carlos Alberto, Gérson, Rivellino… Le danger était partout.

Éliminés dès les phases de poules lors de la Coupe du Monde 1966, le Brésil ne voulait pas connaître pareille déconvenue. À 30 ans, Pelé allait disputer son ultime Mondial. En débarquant au Mexique, la Seleção était en mode Avengers. La cuisante défaite 3-1 contre les rugueux Portugais 4 ans plus tôt avait laissé des traces. Pour eux, c’était le football de la puissance qui avait causé leur perte. Le légendaire capitaine Carlos Alberto se souvient : « C'est pourquoi en 1970 nous n'avons pas pris de risques avec la préparation. Bien que le Brésil soit un pays pauvre, notre médecine du sport a toujours été excellente. À l'époque, c’était plus complet que les équipes européennes. Chaque joueur est arrivé au Mexique à son pic physique absolu. »

 

Un dernier but de légende

Lors de la Finale remportée 4-1 contre l’Italie, c’est ce même Carlos Alberto qui clôturait le spectacle. Le joueur de Santos marquait ainsi l’un des plus beaux buts de l’histoire du football pour un effort collectif somptueux. En 2014, la réalisation était même élue plus beau but brésilien par la FIFA. Partis dans leur propre moitié de terrains, les Auriverde commençaient le chef-d’œuvre avec Clodoaldo qui éliminait 4 Italiens à lui seul. Après 8 passes, c’est Pelé qui récupérait la balle et faisait alors une offrande à l’aveugle pour Carlos Alberto. Déboulant sur son côté droit, le capitaine ne se privait pas pour envoyer une mine instantanée côté opposé. À lui seul, le but représentait tout le génie de ce Brésil millésime 1970 entre mécanique collective parfaitement huilée et inspiration individuelle. 8 des 10 joueurs de champs étaient en effet impliqués sur cette touche finale.

 

Le sélectionneur de l’époque, Mario Zagallo était revenu sur cette équipe de légende : « Que puis-je dire ? L'équipe de 1958 est la plus forte dans laquelle j'ai jamais joué, et celle de 1970 la plus forte que j'ai eue à entraîner. Je crois qu'elles avaient deux points communs : la victoire et leur faculté à enchanter, à émerveiller. » Pour aller jusqu’au titre en 1970, la Seleção aura affronté 3 anciens champions du monde : l’Angleterre, l’Uruguay et l’Italie. En phase de poule, le match contre l’Angleterre donnait le ton. Les tenants de titre, encore en pleine possession de leurs moyens, représentaient un premier test d’envergure pour la bande de Pelé. Face à une défense britannique héroïque et notamment un Banks jouant le match de sa vie, il faudra attendre la 59e minute pour voir un but. C'est Jairzinho, monsieur un but par match sur la compétition, qui crucifiait le gardien pour permettre aux siens de prendre la tête du groupe 3.

 

En quart de finale, le Brésil sort de valeureux Péruviens. En demi-finale, les Uruguayens, doubles champions du monde, comptent bien briser le rêve Auriverde. C'est lors de ce match que Pelé réalisera l'action du mondial. Après le premier match de la Coupe du Monde et sa tentative de lob de 50 mètres contre la Tchécoslovaquie, le génie offrait au public une nouvelle inspiration pour l’éternité… finalement soldée par un autre somptueux raté. Lancé en profondeur par Tostāo, le numéro 10 réagissait brillamment à la montée du gardien Ladislao Mazurkiewicz. Devant des millions de téléspectateurs pour ce premier mondial retransmis en couleur et en direct, Pelé réalisait donc la feinte du siècle pour mettre son adversaire dans le vent. Malheureusement, ce grand pont magnifique ne se transformera pas en but puisque la tentative échouait à quelques centimètres du poteau.

 

Le Brésil s'imposait finalement 3-1 contre l'Uruguay et avançait logiquement en Finale. Celle-ci ne fut qu'une formalité, face des Italiens certes touchés physiquement après leur qualification épique contre l’Allemagne. Pelé ouvrait le score et après une égalisation italienne en fin de première période, le Brésil déroulait par la suite. Après cette éclatante victoire 4-1 synonyme de troisième étoile, la Seleção récupérait même le trophée Jules Rimet promis à la première équipe triple championne. Celui-ci sera finalement volé en 1983.  

 

L’héritage du mondial 1970

Sans Garrincha ; légende des titres de 1958 et 1962, le Brésil a su aller encore plus loin. Si la défense n'était pas le point fort de l'armada (seul le match contre l’Angleterre a vu la cage être inviolée), cette Seleção était l’alliage parfait de technique et de physique. En attaque, la formation en 4-2-4 avec Jairzinho, Pelé, Rivellino, Tostāo représentait un véritable cauchemar. Derrière, Gérson dirigeait tout cela d’une main de maître en tant que cerveau de l’équipe. Surtout, après la débâcle de 1966, il faut rappeler que ce Brésil n’était pas favori pour le Mondial mexicain… En Finale, la démonstration de Joga Bonito contre le Catenaccio marquait la victoire du beau jeu sur le physique. Pour la première fois dans l'histoire, une équipe gagnait tous ses matchs. Pour la première fois dans l'histoire, un joueur marquait à chaque match de la compétition (Jairzinho). Pour la première fois, un pays gagnait la Coupe du Monde 3 fois.

Impliqué sur 14 des 19 buts du Brésil, Pelé quittait la Coupe du Monde sur un véritable triomphe. Légende vivante, il prenait sa retraite internationale un an plus tard. Le Roi raccrochait définitivement les crampons en 1977, après 1363 matchs et 1281 buts. En 2000, il était élu joueur du siècle par la FIFA. D’un point de vue collectif, son équipe de 1970 est aujourd’hui encore considérée comme la meilleure équipe de tous les temps… alors qu’aucun joueur n’évoluait en Europe à l’époque.

 


Crédit photo : Juvagol / Mexsport / AFP

 

Par Guillaume Duseaux / le 21 juin 2018

Commentaires