Boum de bios en BD

Par Augustin Arrivé / le 07 octobre 2014
Des BD biographiques tous azimuts
Prévert, Modigliani, Saint Phalle : en moins d'un mois, trois albums proposent de nous raconter les vies de trois artistes majeurs du XXe siècle. La biographie, genre désormais standard au cinéma, envahit le neuvième art.

 

Au cinéma, ça n'étonne plus personne. Le Saint Laurent de Bertrand Bonnello représentera la France aux Oscars. Et sept des dix derniers lauréats de la statuette du meilleur acteur interprétaient des personnages ayant réellement existés (Ray Charles, Truman Capote, Idi Amin Dada, Harvey Milk, George VI d'Angleterre, Abraham Lincoln et Ron Woodroof). En bande dessinée, ça restait plutôt rare.

Et puis ce mois-ci, paraissent coup sur coup trois albums biographiques, trois oeuvres parfois audacieuses, dont on devine toujours le passionné derrière les cases :

 

Extrait de "Niki de Saint Phalle, le jardin des secrets", de D.Osuch et S.Martin © Casterman, 2014

 

Du dernier, nous vous parlions déjà par ici. La plasticienne est au coeur d'une exposition monumentale au Grand Palais, à Paris. L'album sort dans la foulée. Pas d'actualité particulière pour accompagner les deux autres sorties. Quoi qu'il se dessine, autour de Modigliani, un décor de Première Guerre mondiale richement commémoré cette année. Alors quoi ? Pourquoi ces albums simultanés ? Pourquoi s'intéresser à ces figures de l'art du siècle dernier ?

Une partie de la réponse est dans la question : parce qu'il s'agit là de figures, des personnages hauts en couleur. Amedeo Modigliani, ivrogne acariatre, amoureux pénible, est aussi fragile que rustre, aux bords des larmes quand il apprend qu'il va devenir père alors qu'il peste contre l'humanité entière. Jacques Prévert a l'alcool plus gai et la compagnie plus commode, mais c'est un dandy intransigeant et castagneur. Niki de Saint Phalle, féministe avant-gardiste autant que mannequin pour Vogue, pionnière du militantisme contre le SIDA. Ces trois-là ont un destin extraordinaire. Leur réalité est romanesque.

 

Extrait de "Prévert, inventeur", de Chr.Cailleux et H.Bourhis © Aire Libre -Dupuis, 2014

 

Quant à la critique souvent faite aux scénaristes de cinéma, accusé de se rabattre sur des personnages réels par manque de créativité, ne tient pas ici une seconde. Lorsque Cailleaux et Bourhis racontent Prévert, ils ne livrent pas une plate biographie linéaire ; ils s'emparent de l'exercice pour en proposer leur vision, déconstruite et reconstruite, calligramme voyageur qui n'aurait sans doute pas déplu à leur héros, usant parfois de surimpression pour faire apparaître les poèmes.

Une tentative à ce point originale qu'on s'y sent parfois un peu perdu, par manque de repères. Il faut avoir un socle de connaissances pour saisir tous les détails de ce portrait foisonnant, démarrant pendant son service militaire en Turquie pour s'achever au milieu de l'intelligentsia du Café de Flore, entre André Breton, Paul Grimault et Raymond Queneau.

 

              Extrait de "Prévert, inventeur", de Chr.Cailleux et H.Bourhis © Aire Libre -Dupuis, 2014

 

En ouvrant Modigliani, vous vous plongerez dans un style graphique plus réaliste, proche même, dans certaines cases, de la photographie. En choisissant de se focaliser sur les dernières années du peintre, Seksik et Le Hénanff montre un homme à l'agonie, loin déjà de sa passion créative (il ne peint presque plus). Ils se focalisent sur l'épave épuisée, résignée à mourir sans gloire (elle ne sera que posthume).

C'est étrangement lorsqu'ils racontent les moments les plus sombres (les tranchées, la misère de l'enfance, la maladie) qu'ils se permettent de s'affranchir des cases. On se moque de peu connaître l'artiste puisqu'ils nous présentent l'homme dans toute sa faiblesse et son génie.

Extrait de "Modigliani, Prince de la bohème", de Seksik et F.Le Hénanff © Casterman, 2014

 

Le genre biographique peut bien envahir la BD si c'est pour nous offrir ces oeuvres d'auteurs. On se permet d'être moins convaincus par Sophie Scholl (tome 2 de la série Femmes en résistance, également chez Casterman), trop académique même si elle a le mérite d'être informative.

 


 

Toute l'actu de la bande dessinée sur le Mouv', c'est par ici.

Image de couverture : Modigliani, Prince de la bohème, de F.Le Hénanff et L.Seksik © Casterman, 2014

 

Par Augustin Arrivé / le 07 octobre 2014

Commentaires