Black M, neuf minutes en playback et puis s'en va

Par Sébastien Sabiron / le 09 mars 2015
Black M, neuf minutes en play-back et puis s'en va
Alors qu'il était annoncé dans un club breton, le rappeur s'est contenté d'enchaîner trois titres en playback devant un millier de fans frustrés. La discothèque veut porter plainte. Son label Wati B donne une toute autre version de l'affaire.

"Oui, aujourd'hui, ils diront... Que je ne rappe que pour les 'tits-pe', que pour le fric" nous disait Black M dans Madame Pavoshko. Le rappeur de Sexion d'Assaut vient d'apporter un peu d'eau au moulin de ses détracteurs. Vendredi 6 mars, il était justement attendu au "Moulin", une boîte de nuit proche de Douarnenez dans le Finistère.

Dans la foulée de son concert à Brest, Black Mesrimes devait "ambiancer, du jamais vu", aux dires de la discothèque en question.


Sauf que comme le rapporte Ouest France, Black M s'est contenté du service minimum : trois morceaux, soit moins de neuf minutes sur scène, le tout en playback. D'après la discothèque, le rappeur a passé plus de temps à profiter de la soirée avec ses potes de son label Wati B qu'à honorer son contrat :

Black M est resté deux heures et demie chez nous. Après être allé dans l'espace VIP, il est monté sur scène. Il a chanté trois morceaux en playback (Sur ma route, Je ne dirai rien, On se fait du mal) en moins de neuf minutes. Après, on ne l’a plus vu. [...] Les gens voulaient des autographes, des photos. Il en a tout de même signé quelques-uns. Des "torchons" selon ses fans.



Pour les fans bretons, la déception est à la hauteur des attentes sucitées par la venue du rappeur dans ce haut lieu de la nuit douarneniste:

 

Bon, il y'en a quand même un qui a trouvé sa prestation "énorme".

 

Le Wati B répond

La discothèque se dit "victime" et affirme vouloir porter plainte auprès d'une juridiction parisienne. Selon Ouest France, la gendarmerie de Douarnenez a ouvert une enquête. Mais si Black M se fait discret, son manager oppose une toute autre version des faits.


Selon lui, Black M était seulement censé faire acte de présence. Le contrat signé avec la discothèque ne prévoyait qu'une heure de présence, pas de showcase ni de séance de dédicaces. Au passage, la plainte ne concernerait pas l'artiste ou son staff, mais uniquement la société de production qui a organisé l'événement.

Black M aurait donc "chanté" et signé des autographes bénévolement, alors qu'il n'était rémunéré que pour se montrer en boîte de nuit. L'honneur est sauf.

 


 

Retrouvez ici d'autres infos sur Black M.

Par Sébastien Sabiron / le 09 mars 2015

Commentaires