Bienvenue à Dismaland, un parc d'attraction satirique par Banksy

Par Erika / le 18 août 2015
Bienvenue à Dismaland, un parc d'attraction satirique par Banksy
Banksy ne fait pas les choses à moitié... ni à petite échelle : l'artiste s'est effectivement lancé dans la construction d'un parc d'attraction satirique aux allures surréalistes, pointant directement du doigt Disney et la société de consommation.

Si les parcs édulcorés de Disney n'ont jamais été votre tasse de thé, il se pourrait bien que vous soyez intéressés par leur pendant subversif, les inscrivant définitivement de l’autre côté de la force.

Avant que vous ne hurliez d’horreur à vous en disloquer la mâchoire, non, il ne s’agit pas d’une allusion aux deux parcs à thèmes Star Wars, qui devraient ouvrir d’ici quelques années comme l’annonçait la firme dans sa convention annuelle, mais d’un projet satirique de Banksy qui pourrait bien s’avérer être l’une de ses œuvres les plus controversées.

L’artiste serait effectivement à l'origine de la construction d’un parc d’attraction particulièrement glauque, une sorte de Disneyland aux allures surréalistes, dont on connaît déjà le nom : Dismaland, « Dismal » voulant dire « désastreux », ou encore « lugubre » en anglais.

Le site, déguisé en plateau de tournage pour garder l'exposition secrète, a vite été mis à jour et a fait l’objet de rumeurs autour de l’implication de Bansky, qui s'avère aujourd'hui bien être derrière le projet.

 

Actuellement en construction dans la ville de Weston-super-Mare, dans le sud-ouest de l’Angleterre, le parc dénote d'un symbolisme évident dans cette parodie industrialisée des parcs d’attraction, avec ses tanks à pétrole formant un S rappelant la monnaie américaine, par l’artiste Mike Ross, côtoyant le château délabré emblématique de Disney, ou encore son cheval en barres de fer. Et nul doute que chantier nous cache encore bien d'autres surprises.

Le chantier / Twitter

 

Disney et la société de consommation en ligne de mire

Le projet devait trotter dans la tête de Banksy depuis un moment puisqu’en 2012, il tagguait déjà : « Bienvenue à Dismaland : la vie n’est pas toujours un conte de fée »

 

 

Ce n'est ainsi pas la première fois que Disneyland, symbole ultime d’un environnement utopique où tout va mieux dans le meilleur des mondes, s'incruste dans les travaux de Banksy. Mais point de Voltaire dans la vision de l’artiste, connu pour ses œuvres engagées.

Il avait notamment repris la figure emblématique de Mickey Mouse dans ses créations de street-art, pointant du doigt la société de consommation.

On se souvient de cette image frappante de Mickey et Ronald (l’égérie de Mc donald) tenant la main à une fillette, nue et terrifiée, reproduite à partir d’une photo prise suite à un bombardement au Vietnam en 1972.

              
Nul doute que cette prochaine œuvre gigantesque sera encore une nouvelle occasion pour l’artiste de mettre en lumière ce que la société occidentale contemporaine, profondément individualiste, tente désespérément d’ignorer.

Et pour ceux qui souhaiteraient voir ce que le parc donnera une fois fini, il ne vous reste plus qu’à prendre vos billets pour l’Angleterre : l’exposition ouvrira ses portes dès vendredi. Avis aux amateurs.

 


Crédit photo : Capture d'écran / Dismaland / Banksy

Par Erika / le 18 août 2015

Commentaires