Bestiaire de la fronde fiscale !

Par Gaële Joly / le 19 octobre 2012
Bestiaire de la fronde fiscale !
Après les pigeons, les moutons, les vaches à lait, place aux moineaux ... Tous en colère contre les hausses d'impôts. Le bestiaire patronale s'enflamme ! La rédaction du Mouv fait le point.

 

Les Pigeons

Qui sont ils ? Des entrepreneurs qui contestent la politique fiscale du gouvernement. Désormais, quand un patron vend une entreprise, il est imposé à 60%, contre 34,5% auparavant, soit quasiment le double. Après 4 jours de bataille acharnée sur Internet contre cette taxation des plus-values, les "pigeons" ont fini par être reçus à Bercy, par le ministre de l'économie Pierre Moscovici.

Le point avec Jonathan Landais.

 

Les Moineaux

Qui sont-ils ? Trois jeunes chefs d'entreprises qui ont signé une tribune dans le journal les Echos.
Les moineaux soutenus par 80 personnes demandent au gouvernement d' aider les jeunes entreprises. Ils protestent aussi contre la sur-représentativité des pigeons dans les médias

Benjamin Suchar, 25 ans, l'un des 3 signataires, créateur de Yoopies et Check my metro, en direct sur le Mouv.

 

Les Vaches à lait

Qui sont-ils ? Ce collectif né sur Facebook et liké plus de 2900 fois accuse le gouvernement PS de taper sur les classes moyennes.

Gaele Joly a pu parler avec son co-fondateur, un trublion de la droitosphère.

 

Les Moutons ?

Qui sont-ils ? Des patrons, chefs d'entreprises, soutenus par la Confédération des petites et moyennes entreprises (CGPME). Ils dénoncent les hausses de leur cotisations pour le Régime social des indépendants (RSI).

 

 

La riposte des Dindons ?

Qui sont-ils ? Mouvement lancé par Génération Précaire, plutôt marqué à gauche. Alors que plus d'1,5 million de stages ont lieu chaque année en dehors du droit du travail, qu'un jeune sur 4 est au chômage, que des centaines de milliers d'étudiants cumulent des mois de travail mal payé et qui n'ouvrent droit à aucune protection sociale, que de plus en plus de stages remplacent de vrais emplois, l'association demande que soit mis en place un taux plafond de stagiaires par entreprise, l'inscription des stagiaires au registre unique du personnel, la prise en compte des trimestres de stage dans le calcul des annuités, et plus généralement un rapprochement avec le statut protecteur de l'apprentissage.

Par Gaële Joly / le 19 octobre 2012

Commentaires