Banksy : la police, nouvelle cible du street-artist à Calais

/ le 25 janvier 2016
La police, nouvelle cible du street-artiste Banksy à Calais
Une nouvelle œuvre d'art réalisée par Banksy critique l'utilisation de gaz lacrymogène contre les migrants. Un graffiti pas comme les autres puisqu’un Q/R code permet de renvoyer vers une vidéo sur les brutalités policières dans les camps.

L'artiste de rue Banksy dénonce une nouvelle fois le sort réservé aux migrants. L'œuvre d'art représente Cosette, personnage emblématique des Misérables. Elle est en pleurs, une bombe lacrymogène à ses pieds, alors qu’un drapeau français flotte derrière elle. Le dessin est apparu la nuit de samedi, juste en face de l’ambassade française à Londres.

Une oeuvre qui se veut interactive. Pour la première fois, un Q/R code accompagne la pièce, en bas à gauche. Il permet aux passants d’accéder directement à une vidéo en ligne, en pointant leur smartphone vers le code. Elle date du 5 janvier 2016 et montre une descente de police française dans les camps de réfugiés de Calais.

Le 4 janvier dernier, et pendant plusieurs jours, la “jungle de Calais" a été le terrain de multiples attaques répétées de la part des forces de l’ordre. La semaine dernière, un porte-parole de la police a nié que des gaz lacrymogènes aient été utilisés pour dégager les lieux. Mais le clip de sept minutes posté sur YouTube montre clairement des gaz lacrymo', des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes.

Banksy meilleur soutien des migrants ?

Ce travail est la dernier d'une série de plusieurs oeuvres réalisé par l'artiste graffiti. Il critique la manière dont l'Europe gère la crise des réfugiés. Cette fois-ci, le street-artiste s’en prend directement aux autorités françaises et à leur comportement à l’égard du camp de Calais. Banksy donne son avis sur ​​les récentes tentatives des autorités françaises de raser une partie du camp - jugé dangereux - et d’expulser environ 1.500 réfugiés.

Une autre oeuvre de Banksy à Calais. Une fillette regarde au loin vers l'Angleterre. © banksy.co.uk

 

Au début du mois de décembre, Banksy avait peint sur un mur non loin de la "jungle de Calais" un Steve Jobs représenté en migrant, rappelant que le fondateur d'Apple était le fils d'un Syrien exilé aux Etats-Unis :

Apple est l’une des société les plus rentables au monde, il paie plus de 7 milliards de dollars d'impôts par an... et elle existe seulement parce qu'ils ont permis à un jeune homme de Homs d’entrer sur le territoire américain.


 

 


 

Par Stéphane Garcia

Crédit photo : banksy.co.uk

/ le 25 janvier 2016

Commentaires