BAC 2013, liquidation avant travaux?

/ le 18 juin 2013
BAC 2013, liquidation avant travaux
Entre le coût de l'organisation des épreuves, les fuites et les partisans du contrôle continu, nombreux sont ceux qui voudraient le réformer. Près de 665.000 candidats ont inauguré l'édition 2013 du baccalauréat. La première session de l'examen issue de la réforme du lycée. Une formule pérenne ?

 

Le plus jeune candidat cette année a 13 ans, mais ses parents n'ont pas voulu qu'il passe à la télé ou que l'on voit sa photo dans la presse. Le bac c'est sérieux, alors on se concentre ! Il ne s'agirait pas de foirer l'épreuve de philo, dont le coefficient peut se révéler, dans certains cas, carrément excluant pour la suite. Tout dépend de la section choisie. C'est le résultat de la réforme du lycée, dont la première classe d'âge passe enfin le bac, 2 ans après son entrée en vigueur.

Des changements insuffisants

On a revu les coefficients, des épreuves supplémentaires aussi ont été ajoutées, comme la littérature étrangère, l'informatique et les sciences du numérique, les sciences sociales et politiques, mais nombreux sont ceux qui voudraient réformer plus en profondeur cet examen qui n'a plus vraiment la cote. La réforme du lycée avait pour but d'améliorer l'orientation et de rééquilibrer les séries, mais la vraie question aujourd'hui n'est pas là. La vraie question c'est: que vaut encore le bac ?

 


 

Trop compliqué à organiser, trop cher

C'est le SNPDEN-Unsa, le principal syndicat des personnels de direction de l'Education nationale, qui a jeté le pavé dans la mare. Le bac couterait en réalité chaque année 1,5 milliard d'euros, contre "50 à 100 millions" habituellement annoncés. Côté lycéens, on déplore de longue date un "bachotage qui n'a aucun intérêt pédagogique". Le syndicat lycéen UNL milite d'ailleurs pour "quatre bacs étalés en milieu et en fin des années de première et de terminale".

Et puis il y a la fiabilité de l'examen qui est de plus en plus pointée du doigt. Cette année encore, l'accent sera mis sur la lutte contre les fraudes, pour éviter que se renouvelle la fuite d'un exercice de la série S qui avait ébranlé il y a deux ans l'examen. Des détecteurs de téléphones portables ont été installés dans toutes les académies et les sanctions ont été renforcées en cas de fraude ou de tentative de fraude. Le diplôme pourra même être retiré en attendant une nouvelle délibération du jury sur les résultats du candidat.

Au jeu de l'exemplarité, la machine s'est déjà grippée. Selon une information du Figaro, les correcteurs de l'académie de Tours-Orléans ont été invité à surnoter les copies du Bac de Français 2013. L'objectif serait de regonfler les scores de l'académie, classée 22 ème sur 26 l'an dernier. L'Inspection Académique affirme mordicus "qu'il n'y a pas de double barème", mais un simple "outil d'aide à l'évaluation". Mais les syndicats s'en sont émus, SUD dénonce le franchissement innacceptable "d'une barrière idéologique."

>> Daniel Robin, co-secrétaire général du SNES, premier syndicat du secondaire :

 

 

 


3.990 sujets ont élaborés, et 170.000 examinateurs et correcteurs ont été mobilisés pour traiter 4 millions de copies

Les épreuves écrites se déroulent cette année jusqu'au 21 juin. Les résultats eux, seront dévoilés le 5 juillet, avec option rattrapage pour certains. Jusqu'au 10. Le nombre de candidats est en légère baisse, 664.709 inscrits. La moitié d'entre eux passera le baccalauréat général, un sur cinq le baccalauréat technologique et près d'un tiers le baccalauréat professionnel.

 



 

Quelques statistiques

Pour le bac général

  • 17% des inscrits sont en série littéraire (L)
  • 32% en série économique et sociale (ES)
  • 51% en série scientifique (S)

 

Pour le bac technologique

  • 52,43% des inscrits sont en série Sciences et technologies de la gestion (STG)
  • 19,40% en Sciences et technologies de l'industrie et du développement durable (STI2D)
  • 18,88% en Sciences et technologies de la santé et du social (ST2S)
  • 5,13% en Sciences et technologies de laboratoire (STL)
  • 1,97% en Sciences et technologies du design et des arts appliqués (STD2)
  • 1,96% en Hôtellerie
  • 0,23%, soit 332 candidats en Techniques de la musique et de la danse (TMD) 


Pour le bac professionnel, les candidats sont inscrits dans 80 spécialités.

 

 

Le saviez vous ? Le bac a été institué par un décret du 17 mars 1808. Les premiers titulaires de ce diplôme n'étaient que 31. La première bachelière, Julie-Victoire Daubié, a elle décroché son diplôme en 1861, à 37 ans. La philosophie figure au programme du baccalauréat de façon quasi  ininterrompue depuis sa création sous Napoléon. A l'origine, c'était un examen oral, en latin. Entre 1960 et 2012, le taux de réussite au bac a augmenté, passant de 60,5% à 84,5%.

 

 

Et ailleurs, comment ça se passe?

Au Danemark, des lycéens passent le bac connectés à internet. C'est le premier pays au monde à avoir autorisé l'accès à la toile. C'était en 2010. Quatorze établissements pilotes qui ont d'abord participé à l'expérience dans trois matières (le danois, les sciences sociales et les mathématiques) avant que la formule ne soit élargie à d'autres établissements. En tout cas pour ceux qui le souhaitent, rien n'est imposé et chaque lycée décide si les élèves composent avec ou sans ordinateur. L'idée étant bien sûr de tester les connaissances et d'utiliser les outils, pas de rabâcher le cours.


Dans un royaume où, selon les statistiques officielles, 87% des foyers ont un ordinateur et 86% un accès à internet, l'évolution du bac a été plutôt bien accueillie. Le bac danois de toute façon est un mélange de contrôle continu et d'examens nationaux. Pendant leurs trois années au lycée, les élèves doivent passer un minimum de neuf examens. Le ministère tire au sort ensuite les matières qui font l'objet d'une épreuve orale ou écrite.

 

 

 

En Russie, c'est encore une formule différente. Il existe bien là-bas un baccalauréat,le « Bakalavr » mais c'est un diplôme universitaire. Le diplôme de fin d’études secondaires -l'équivalent du BAC français- est différent et les épreuves, selon les états et les matieres, se déroulent à cheval entre la fin mai et la premier semaine de juin.

Retrouvez ici les précisions du correspondant de Radio france à Moscou, Marc Crépin

 

 

Retrouvez Corinne Pélissier sur twitter: @CorinneLeMouv

Sur le même sujet, à retrouver sur lemouv.fr

- Philo, la première plantade de la semaine

- Le bac est-il inutile ou insuffisant

 



    

/ le 18 juin 2013

Commentaires