Ardèche Aluna Festival : du rock et des tongs

/ le 14 juin 2013
Ardèche Aluna Festival : du rock et des tongs
The Hives, Skip the Use, -M-, BB Brunes, Olivia Ruiz... Le tout au milieu d'un camping du fin fond de l'Ardèche. L'Aluna festival balance le son tout le week-end. Et les campeurs apprécient.

 

"Amis campeurs bonsoir !" Les Fatals Picards entament leur set sur une note très "Flots Bleus" de rigueur à deux pas de la piscine. Etonnés, sceptiques, puis emballés comme la plupart des artistes qui défilent sur la scène de l'Aluna, du nom du camping qui l'héberge, à Ruoms, près de Vallon-Pont-D’arc.

>> Le Mouv' vous fait vivre l'ambiance du festival :

 

Damien Saez en préchauffe, par Sébastion Sabiron

 

Autour de la piscine, les roadies tatoués croisent des campeurs en maillot de bain, qui croisent les festivaliers bière à la main. Tout y est : la superette, le terrain de pétanque, les toilettes collectives et des mobil’ homes. Sur des dizaines d'hectares.

 

 

L'idée nait en 2008 dans l'esprit de Jean-Boucher, enfant du pays et nabab de l'hôtellerie de plein air ardéchoise. Haut en couleur, le personnage admet ne "rien connaître à la musique." Pour faire de la pub au camping qu'il vient de racheter, il fait venir Jenifer. Mauvaise pioche. Il pleut, le public ne vient pas assez nombreux et les finances du camping en prennent un coup. L'année suivante, Jean crée une association et lie des partenariats avec 38 campings alentours.

 

 

 

Au début, les productions étaient plutôt frileuses. Jouer dans un camping, ce n'était pas très valorisant pour les artistes. Moi-même, j’étais un peu complexé. Mais quand ils ont vu le lieu, la piscine, les loges mobil’ home au milieu des pins, ils ont tous adoré.


 

Au maximum, l'Aluna peut accueillir 20 000 festivaliers, il fait travailler 400 bénévoles et 200 professionnels (technique, sécurité.) Son directeur tente chaque année d'enrichir l'affiche avec des concerts supplémentaires. Mais Jean Boucher ne vise pas pour autant une expansion démesurée, histoire que l'Aluna conserve son caractère familial et bon enfant.

"On va retourner les mobil’ homes"

Parmi les ambassadeurs du festival, Lou Reed, Manu Chao, Shaka Ponk et Johnny Hallyday. « Ah que je reviendrai » a promis l’an dernier notre Jojo national qui avant Aluna n'avait jamais mis les pieds dans un camping.

 

The Hives, élégance en toutes circonstances, par Sébastien Sabiron

 

Cette année, l’électro d’Etienne de Crécy côtoie la varièt’ de Christophe Maé et le garage rock de The Hives. Les Suédois ont eux aussi été un peu surpris par le lieu, comme le raconte leur leader Pelle Almqvist.

Ca sent vraiment les vacances. Le cadre est magnifique. A cause de la grève aérienne, on a du se poser à Genève et faire tout le reste en voiture, au milieu des montagnes. On ira peut-être piquer une tête dans la piscine après le concert.


 

Pour Mat Bastard aussi, l’expérience festoche en camping est inédite. Le charismatique leader de Skip the Use profite de sa loge climatisée pour bosser de nouvelles compos sur son (mobil’)home studio.

« Ce soir, ça va être vénère » Mat Bastard, par Sébastien Sabiron

 

Mat apprécie l’ambiance « peace » tout en promettant de « retourner les mobil ‘homes » le soir même. Promesse tenue. Comme à leur habitude, les français ont livré un set supersonique. Une heure et demie d’énergie brute, entre hymnes power-pop et rock velu (dont une audacieuse reprise de Smells like teen spirit.)

"Y’a moins la queue aux toilettes"

Entre la fosse et les allées du camping, on croise Pikachu (Benjamin dans le civil.) Dans son costume Pokémon, le jeune toulonnais écume les festivals d’été. Avec une affection particulière pour Aluna. « Ici, comme c’est une région touristique il y a quelques vacanciers et ça se ressent sur l’ambiance du festival. C’est super détendu. Et la piscine est cool

Pikachu et ses groupies, par Sébastien Sabiron

 

Habitués du festival, Romain et ses potes sont venus de Haute Loire pour une semaine de vacances ardéchoises. Pour la bande, c’est piscine le matin, pétanque l’après-midi, apéro, puis concerts le soir : « C’est le seul festival de notre région qui soit aussi sympa, note Romain. Et l’avantage, c’est de pouvoir utiliser les toilettes du Mobil’home. Forcément, y’a beaucoup moins la queue que dans les WC collectifs et crades des festivals habituels."  Les amateurs de houblon apprécieront.

Love is in the air, par Sébastien Sabiron

 

Reportage de Sébastien Sabiron (@sebsabiron)

 

La prog et les infos pratiques sur le site de l'Ardèche Aluna Festival.

Des news et des photos sur la page Facebook de l'Aluna.

/ le 14 juin 2013

Commentaires