Albator amarre son vaisseau dans nos salles

Par Augustin Arrivé / le 25 décembre 2013
Albator : la BD-teaser du film tiré du manga
Le manga de Leiji Matsumoto renaît ce mercredi avec un long-métrage en 3D et la réédition, chez Kana, de la bande dessinée en version intégrale. Le corsaire de l'espace a toujours le même panache. Peut-être même un peu plus.

 

Du fond de la nuit d'or, Augustin Arrivé veille lui aussi sur la galaxie. C'est pourquoi il vous propose ce reportage, à écouter en cliquant ci-dessous :

 

Les adaptations cinés de mangas cultes ne sont pas toujours des valeurs sures. On évitera évidemment à tout prix Dragonball Evolution, de l'Américain James Wong. Même Quartier lointain, de Sam Garbarsky d'après Jiro Taniguchi, n'a pas fait l'unanimité. Mais Albator Corsaire de l'espace, par Shinji Aramaki, pourrait bien échapper à la malédiction.

 

 

Il a en tout cas reçu les félicitations d'un certain James Cameron. Le réalisateur d'Avatar s'y connait en effets visuels, alors quand il parle d'un film "mythique, épique et visuellement sans précédent", on a envie de le croire. Vérification en salles ce mercredi. Pour faire monter la sauce, le distributeur français, Océan Films, avait d'abord diffusé, cet été, une courte bande dessinée (ci-dessous) en guise de teaser. Le graphisme était déjà alléchant.

 

Teaser en bande dessinée d'Albator, corsaire de l'espace, par Shinji Aramaki © Océans Films, 2013

 

Comme vous pouvez le constater, on ne navigue pas dans la grosse gaudriole. L'erreur serait de croire (sous prétexte que l'animé originel était diffusé, dans les années 70-80, entre deux épisodes de Candy) qu'on a ici affaire à une histoire pour enfants. Albator est un manga sombre, porté par un héros balançant constamment entre le bien et le mal. "Il est beaucoup plus profond qu'un gentil pirate comme Jack Sparrow", explique Paul Ozouf, le rédacteur en chef du Journal du Japon. "Il cherche à rester fidèle à son code d'honneur, quel que soit le nombre de morts qu'il laisse sur son chemin." 

 

Shinji Aramaki, le réalisateur, est d'ailleurs jusqu'ici surtout connu pour sa saga Appleseed et son travail sur les différentes adaptations du manga Fullmetal Alchemist. Ici, il nous parle d'écologie et de survie de l'humanité, thèmes chers à l'auteur Leiji Matsumoto. Autant donc vous prévenir : vous n'aurez pas droit au vieux générique entraînant de notre enfance, pourtant signé Eric Charden et Didier Barbelivien.

 

Par Augustin Arrivé / le 25 décembre 2013

Commentaires