Alan Moore expose en Provence

Par Augustin Arrivé / le 10 avril 2014
Alan Moore expose en Provence
Le père des "Watchmen", de "V pour Vendetta" ou de "From Hell" est célébré jusqu'au 10 mai à la Cité du Livre d'Aix-en-Provence. Une expo riche en raretés extirpées des tiroirs des différents collaborateurs d'Alan Moore.

 

Augustin Arrivé est un peu notre Docteur Manhattan à nous, alors on l'a envoyé visiter l'expo Alan Moore à Aix-en-Provence :

 

V pour Vendetta ou From Hell

Dès l'entrée, il vous accueille de sa voix de basse enveloppante. Barbe broussailleuse et mine patibulaire, le génial Alan Moore est face à vous, interviewé dans un long documentaire. Seule vidéo de l'expo qui, fidèle à la pensée de l'artiste, se focalise sur sa bibliographie foisonnante et passe sous silence les adaptations ciné qu'il déteste sans exception.  

Si quelqu'un doit massacrer mes enfants, j'aime autant ne pas m'en charger moi-même.


 

Si le grand public connaît Alan Moore en France, c'est pourtant en grande partie grâce à ces blockbusters, From Hell, La ligue des gentlemen extraordinaires ou V pour Vendetta. Mais tous ces étranges personnages, mi-super-héros, mi-inquiétants instables, c'est bien lui, le scénariste perfectionniste de Northampton, qui les a inventés.

"La plupart des gens connaissent le masque de Guy Fawkes par le film des Wachowski ou parce qu'ils ont vu les Anonymous ou les Indignés en porter", avoue Tristan Séré de Rivières, qui a travaillé à la direction artistique de l'expo, "mais c'est bien de rappeler que ça vient de cette bande dessinée-là."

Aperçu du bureau de la "Ligue des gentlemen", entre moucharabieh et bouquins de Jules Verne

 

Un génie control-freak et anar

Alan Moore est un génie, control-freak calculateur à l'extrême, capable aussi bien d'organiser tout un chapitre de ses Watchmen sous forme de palindrome visuel (la dernière page renvoyant à la première) que de se laisser aller à abandonner l'intrigue de son From Hell pour nous offrir une visite guidée de l'Angleterre victorienne. "La BD est un objet littéraire", rappelle Tristan Séré de Rivières, "et en littérature rien n'oblige à ce que chaque page fasse avancer l'action, mais même lorsque la forme a l'air plus libre, c'est toujours aussi implacable."

Rien n'est jamais gratuit et sous cette perfection formelle se cache toujours des messages. Ce vieil anar dénonce le totalitarisme, la société de consommation, prône sans trop d'espoir le sursaut écolo. La muséographie le rappelle, empilant ici des vieilles télés (symboles du fascisme dans Vendetta) ou reproduisant sur une palissade un graff (sorti de Watchmen) dédié aux victimes d'Hiroshima.

 

Empilement de télés fascistes et graff écolo à la Cité des Livres d'Aix-en-Provence

 

Les fans profiteront des planches originales de ses principaux albums, et ils pourront aussi découvrir de précieuses raretés. Le scénariste et dessinateur Dave Gibbons a ainsi prêté (entre deux croquis) l'enveloppe dans laquelle Moore lui a envoyé le tout premier script de Watchmen. Dans un simili-kiosque, vous verrez l'étendue de la bibliographie du maître, largement inédite en France.

Et près de la sortie, une gigantesque feuille de papier grifonnée de minuscules annotations permet d'imaginer la minutie du travail de l'auteur : il s'agit en l'occurrence d'une ébauche de la série inachevée Big Numbers, et Alan Moore esquissait ici le destin de chacun des quarante personnages de l'histoire. Etourdissant. Carrie Mathison, l'agent bipolaire de Homeland, ne s'y serait pas prise autrement.

 

Travail préparatoire d'Alan Moore pour le scénario de "Big Numbers" : une ligne par personnage, une colonne par chapitre

 

Vous trouverez toutes les infos pratiques sur le site officiel des Rencontres du 9e art.

Alan Moore figure en bonne place dans la bibliothèque idéale de Thomas Rozec. Il a feuilleté pour Le Mouv' Watchmen, From Hell et Swamp Thing. Faites votre choix.

Toute l'actu de la bande dessinée sur le Mouv', c'est par ici.

 

Par Augustin Arrivé / le 10 avril 2014

Commentaires