Afrika Bambaataa en guest star à Hip Opsession

/ le 07 février 2015
Afrika Bambaataa en guest star à Hip Opsession
Le festival Hip Opsession a ouvert ses portes vendredi soir. Des battles de dance debout ont enflammé le début de soirée au Lieu Unique. Afrika Bambaataa s'est occupée de la suite !

Comment ça ? Vraiment, ça ne te dit rien Afrika Bambaataa ? Bon en même temps c'est un peu mon rôle de faire de la remise à niveau. Alors tu vois, si je te dis Mozart, tout de suite, tu vas me dire... Eh oui, musique classique et tu as raison. Bon maintenant si je te dis Rolling Stones ou Elvis Presley, tu me dis ..... Rock and Roll. Jusqu'à maintenant t'es pas trop mauvais. Eh bien pour être encore meilleur, désormais quand on te dira Afrika Bambaataa, tu pourras faire le malin, et répondre "C'est le pape du Hip-hop".

Et ce qui est cool, c'est que le pape du Hip-hop était à Nantes vendredi pour animer une soirée de festoche, et nous parler un peu de son histoire.

C'est lui qui dans les années 70 à New York a réussi à transformer l’énergie négative de la violence des quartiers chauds, en énergie positive. Bambaataa unit à ce moment là tous les gangs ou presque derrière lui et sa musique. C'est le début des block parties. Les débuts du Hip-hop.

Il confie :

C'était super excitant, y'avait des centaines de personnes qui levaient les bras lors des soirées. Dans notre musique on parlait de fête, de filles, d'herbe et de politique. Mais le plus important c'était le slogan : paix, unité et envie de se marrer.



La chanson Planet Rock en 1982. C'est avec elle que Bambaataa a donné au hip hop ses lettres de noblesse.

 

Alors bien sûr, depuis cette époque, le Hip-hop a bien évolué, et les bébés Bambataa sont aujourd'hui devenus grands. On est passé des futs larges et bob kangol aux casquettes et bon vieux jeans/basket des familles. Mais il y a quand même quelque chose d’éternel chez ce pionnier. Rap, deejaying, danse et graffitti : ces quatre fondements du Hip-hop sont restés. Et on les retrouve aujourd'hui dans le festival Hip Opsession. Les battles de dance debout et de breakdance attirent 1 500 spectateurs environ. Un public très familial.

 


 


 

Illustration : Afrika Bambaataa aux platines au Lieu Unique. Cc Le Clack

 

/ le 07 février 2015

Commentaires