40 ans dans la jungle

Par Augustin Arrivé / le 09 août 2013
40 ans dans la jungle
Ho Van Lang, 41ans, vient d'être retrouvé au milieu de la jungle vietnamienne. Son père s'y était réfugié avec lui en 1973 pour fuir la guerre. Ensemble, ils ont passé quatre décennies loin du monde civilisé. Le bébé quadragénaire sait à peine parler.

 

Augustin Arrivé, de la rédac' du Mouv', démêle le vrai du faux à propos des enfants sauvages :

 

Combien sont-ils, ces enfants sauvages, vivant au milieu des loups, des sangliers ou des serpents ? On en retrouve parfois, un dans les steppes russes, un autre au milieu des montagnes. Cette semaine, c'est la jungle vietnamienne qui a rendu au monde deux intrus : un papa et son fils, réfugiés dans l'ombre des arbres pendant la guerre avec les Etats-Unis, dans les années 70.

 

Ho Van Thanh et son fils Ho Van Lang, mercredi, à Tai Phong, au Vietnam © EPA

 

Ca évoque immédiatement Mowgli, le môme de Rudyard Kipling élevé peinard par des loups, puis formé à la chasse par une panthère et un ours. Si on regarde le dessin animé Disney, on a presque envie de tout quitter pour filer danser le boogaloo avec King Louie.

 

La réalité des enfants sauvages est plus proche de la représentation qu'en a fait François Truffaut, à partir des observations du docteur Jean Itard, fondateur de la pédopsychiatrie au XIXe siècle. Les enfants sauvages sont en général incapables de se réadapter à la société. Ils retrouvent rarement l'usage de la parole, et leur situation étant souvent née d'un traumatisme, ils restent extrêmement fragiles et craintifs.

 

Extraits de L'enfant sauvage, de François Truffaut © Les films du carrosse, 1970

 

La légende de Rémus et Romulus têtant les mamelles d'une louve avant de fonder la grande Rome antique semble pour le moins fantaisiste. La jeune fille retrouvée en Russie au milieu des chiens en 2009 n'avait pas vraiment le profil d'une meneuse d'homme. Et nos deux rescapés de la guerre du Vietnam ne sont pas dans un meilleur état. 

 

Ho Van Thanh a 41ans lorsqu'il voit sa femme et deux de ses enfants mourir sous les balles, dans son village de Tai Phong. Il s'enfuit avec son bébé survivant, Ho Van Lang, un an à peine. Dans la forêt, il utilisent des débris d'obus et de douilles pour fabriquer des outils. Avec ses couteaux de fortune, il fabrique une cabane, perchée à six mètres de hauteur, ce qui lui permet de les protéger des animaux sauvages.

 

Reportage de la télévision vietnamienne sur la découverte des Ho Van

 

L'étrange famille Ho Van a été repérée par des villageois en début de semaine. Aujourd'hui c'est le fils qui a 41ans. Son père a le double, et il est très malade. Il ne comprend pas le vietnamien, il ne communique que dans un ancien dialecte local. C'est toujours mieux que le fils, qui connait vaguement quelques mots. Ils s'expriment surtout par geste. Et en l'occurrence, ce qu'ils expriment, c'est de l'effroi.

 

Thanh et Lang sont terrifiés par les humains, à l'origine de leur exil et qu'ils n'ont plus côtoyés depuis des lustres. La police a placé les deux hommes sous surveillance, d'autant qu'ils craignent que le fils s'échappe à nouveau.

 

Par Augustin Arrivé / le 09 août 2013

Commentaires