10 graffiti-artists à l'assaut de Paris !

/ le 11 février 2016
10 graffiti-artists à l'assaut de Paris !
Mardi 9 février, la Mairie de Paris a procédé au tirage au sort pour l’attribution de murs d’expression dans la capitale destinés à 10 graffeurs. Cette première action de La Place hors les murs devrait redonner vie à la capitale.

Organisée par le centre culturel La Place, dédié au hip-hop, qui ouvrira ses portes en avril, cette désignation s’inscrit dans le prolongement du vote du budget participatif de 2014. Cette année, les Parisiens avaient retenu le projet « Les œuvres d’art investissent la rue » permettant ainsi la création d’une œuvre par arrondissement.

A Paris le graffiti a son histoire bien avant l’instauration d’une légitimité dans la pratique comme c’est le cas par exemple dans le 13e arrondissement où Shepard Fairey et C215 ont déjà laissé leur empreinte. C’est en revanche moins le cas pour les arrondissements du 4e et du 7e retenus pour le projet.

Pour cette opération les artistes ont donc tiré au sort les arrondissements dans lequel ils vont oeuvrer. Ainsi Da Cruz va s'éloigner de ses bases du 19ème arrondissement pour aller dans le 7ème.

Voici la liste complète des grafitti-artists et des artrondissements dans lequels ils peindront  :

  • Hopare (2e),
  • 2shy (3e),
  • Shaka (4e),
  • Marko93 (6e),
  • Da Cruz (7e),
  • Psyckoze (8e),
  • Alex (9e),
  • Zenoy (10e),
  • Astro (18e)
  • Lazoo (19e)

 

 

Peu connus du grand public, ces dix artistes ont déjà une renommée internationale. Les calligraphies et lightpaintings de Marko 93 ont parcouru plusieurs pays comme le Sénégal, le Brésil et le Mexique. Même crédo pour Astro, ce graffeur, qui vient du Val d’Oise, associe à son travail des effets de perspective qui ornent quelques murs de Lisbonne.

Le procédé reste quand même très contrôlé en amont. Plusieurs esquisses seront en effet présentées aux habitants, mais le choix final sera laissé aux copropriétaires qui accueilleront les graffs.

Après le mur de près de 500 mètres dédié à Rosa Parks dans le cadre de l’inauguration de la nouvelle gare de RER du même nom et la rue Desnoyez (20e) qui devrait garder ses graffitis : le graff aurait-il plus de légitimité dans la ville Lumière ?

 


 

Par Mylène Mauricrace

Photo : PHOTOPQR/LE PARISIEN

Plus de street art sur Mouv'


/ le 11 février 2016

Commentaires